ALPES-DE-HAUTE-PROVENCE: VERS UNE SITUATION TENDUE AUX URGENCES DE SISTERON CET ÉTÉ?

Valentin Doyen

BFMTV

Le service des urgences de l’hôpital de Sisteron est fermé chaque nuit depuis le 15 juillet. – Capture Google maps

La CGT USD Santé craint une fermeture durant douze jours des urgences en juillet et août. « Faux » selon la direction de l’hôpital qui tient à rassurer la population.

L’hôpital de Digne-les-Bains sera-t-il le seul à fonctionner normalement en juillet et en août dans les Alpes-de-Haute-Provence? À l’hôpital de Manosque, la situation s’annonce extrêmement tendue durant la saison estivale. Avant même le 1er juillet, le service des urgences a fermé presque une cinquantaine de nuit, faute de médecins urgentistes.

Fermetures à Manosque

« L’été s’annonce en effet difficile » reconnaît Franck Pouilly, directeur des hôpitaux de Digne et Manosque, auprès de BFM DICI. Au point que certains urgentistes et l’intersyndicale s’interrogent: les urgences seront-elles fermées toutes les nuits de l’été?

« Il est impossible de répondre à cette question avec autant d’avance pour la simple et bonne raison que nous fonctionnons à la quinzaine », détaille-t-il.

Et d’expliquer: « La situation aujourd’hui n’est pas la même que dans dix jours. Nous cherchons. Nous trouvons. Parfois, un médecin ne peut finalement pas venir. Le planning du 21 juillet vient par exemple d’évoluer ce matin. Alors, il est clairement impossible de se projeter jusqu’à fin août ».

Le planning de l’été connu

La situation aux urgences de Sisteron pose aussi question. Fermé durant un an la nuit entre 2019 et 2020, le service risque également de subir des turbulences durant l’été. « Cela pourrait être cinq jours complets de fermeture en juillet et sept en août. En plus d’une nuit en août. En même temps que la fermeture à Manosque », assure Cédric Volait, de la CGT USD Santé.

« Imaginez un peu l’impact d’une telle situation au moment de la saison estivale, alors que de gros concerts seront organisés à Manosque. C’est une situation dramatique », déclare-t-il.

Mais Jean-Michel Orsatelli, directeur adjoint du Chicas (Gap, Embrun, Briançon, Sisteron), « c’est faux », les 160.000 habitants du département, en plus des touristes, n’auront pas à se rabattre uniquement sur l’hôpital de Digne-les-Bains certaines nuits.

« Nous avons une unité territoriale de médecins urgentistes très solidaires. Ils tournent sur Embrun, Gap et Sisteron. Le planning pour l’été est connu, même si la situation est susceptible d’évoluer en fonction de l’absentéisme », assure-t-il.

« Aujourd’hui, il y a trois jours où le planning a des trous à la fin de saison. Mais nous cherchons des solutions. Un trou dans le planning ne veut absolument pas dire que les urgences de Sisteron vont fermer », rappelle le directeur adjoint du Chicas.

Valentin Doyen
close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire