Des parents dénoncent des actes maltraitances dans des crèches « People & Baby »

témoignage« C’est atroce de vivre une chose pareille » : des parents dénoncent des actes maltraitances dans des crèches « People & Baby »

Après la mort d’un bébé intoxiqué dans une crèche du groupe le 22 juin à Lyon, des voix s’élèvent pour témoigner de leur propre expérience dans les établissements du groupe People & Baby. Émilie Grégoire raconte à franceinfo ce que son bébé a enduré dans une structure du même groupe.

Radio France
Publié n.

La parole se libère depuis la mort d’un bébé intoxiqué dans une crèche privée du groupe People & Baby le 22 juin, à Lyon. Des voix s’élèvent pour dénoncer d’autres actes de maltraitance. Un collectif « pour la protection de l’enfance en crèche » vient même d’être monté par des parents dont les enfants ont fréquenté des crèches du même groupe. Ce collectif est dédié à recueillir tous les témoignages de maltraitance dans n’importe quel type de crèche (privé ou public).

>> Lyon : ce que l’on sait de la mort d’un bébé empoisonné dans une crèche privée

Le collectif a reçu en quelques heures des centaines de messages, dont celui de cette maman, Émilie Grégoire. Elle a porté plainte en décembre 2021 contre People & Baby, après avoir retiré un mois avant sa fille Louise, 11 mois aujourd’hui, d’une crèche lyonnaise du groupe, juste à côté de celle où a eu lieu le drame il y a deux semaines.

« Ça ressemble à des coups »

À l’époque, la petite Louise a quatre mois. Elle vient seulement d’arriver dans cette crèche, lorsqu’au mois de novembre, ses parents, Steeve et Émilie Grégoire découvrent à la fin d’une journée des traces sur le visage de son enfant : « Elle a des grosses marques de doigts au niveau de la tempe droite, des marques sous l’œil droit, et en plus des petites marques jaunes qui vont devenir des bleus dans les jours qui suivent. Ça ressemble à des coups, donc on aurait plutôt tendance à penser que ça ressemble à une claque. »

Les parents, choqués, demandent des explications, mais les versions de la crèche varient. Une encadrante assure qu’un enfant s’est « assis » sur Louise, une autre intervenante explique qu' »elle s’est fait mordre par un petit garçon« . Des explications qui ne sont pas convaincantes pour Emilie Grégoire, qui porte plainte et retire donc sa fille de l’établissement : « On a eu beaucoup de mal à résilier, raconte la mère de famille. Ça a été une catastrophe, avec des escroqueries après au niveau de la résiliation. »

« Il y a beaucoup d’angoisse parce qu’on se demande aussi ce qu’elle a subi. Quelle a été l’ampleur des coups qu’elle a pu recevoir ? Qu’est-ce qu’elle a pu aussi vivre d’autres jours ? On se demande aussi si il n’y a pas eu d’autres jours où elle a reçu d’autres coups sans qu’on le sache… »

Emilie Grégoire

à franceinfo

Aujourd’hui, les parents de Louise en tremblent encore : « C’est atroce de vivre une chose pareilleIl y a beaucoup de culpabilité, de colère. C’est très lourd comme événement ». Si la plainte du couple est classée sans suite en avril, mais Emilie Grégoire n’en restera pas là : « On est déjà complètement abasourdis par ce qui nous est arrivé et ce qui est arrivé récemment. Ce que l’on retient aujourd’hui, c’est que c’est une entreprise de malhonnêtes », dénonce la mère de famille.

Elle poursuit à franceinfo : « On paye quand même une fortune à cette société. On pensait avoir trouvé le mode de garde idéal, qu’il y avait toujours plusieurs intervenantes. On se rend compte qu’il s’agissait d’une véritable escroquerie », regrette Emilie Grégoire, qui a écrit au procureur de Lyon et rejoint le collectif qui vient tout juste d’être créé.

 

Des parents dénoncent la maltraitance dans des crèches – Le reportage d’Aurélien Thirard

écouter

 

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire