Les députés rejettent de peu une taxe sur les « superprofits » des grandes entreprises

Les votes ont été serrés pour rejeter des amendements principalement issus de l’alliance de gauche, la Nupes, et aussi du Rassemblement national.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié 

Huit voix seulement. L’Assemblée nationale a rejeté de peu samedi 23 juillet l’idée d’une taxe sur les « superprofits » ou « bénéfices exceptionnels » des grandes multinationales de transport de marchandises ou pétrolières. Les amendements proposés par la Nupes et le Rassemblement national ont recueilli 96 votes pour et 114 contre.

Quatre députés de la majorité se sont abstenus, parmi lesquels Sacha Houlié et Caroline Janvier, qui avaient défendu le principe de cette taxe. Un de leur collègue d’Horizons a voté pour. Les députés de l’opposition souhaitaient une « taxe exceptionnelle de 25% sur les superprofits » des différentes sociétés, pétrolières et gazières, de transport maritime ou les concessionnaires d’autoroute.

« Total est en train de se gaver »

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a critiqué le principe d’une taxe, de « l’emphase idéologique », selon lui. Il a salué les gestes opportuns de TotalEnergies et de la CMA CGM. Les géants de l’énergie et du transport maritime ont proposé vendredi une remise à la pompe de 20 centimes pour l’un et une réduction des taux de fret de 750 euros par conteneur de 40 pieds pour l’autre. Ces propositions ont convaincu des députés de la majorité de ne pas déposer des amendements pour créer cette taxe sur les « superprofits ».

« Oui, la pression de l’Assemblée nationale sur Total et sur CMA CGM a été efficace et je remercie tous les parlementaires, tous bancs confondus. »

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances

Selon le ministre, la contribution volontaire des deux groupes français va rendre « plus d’argent aux Français ». La majorité a pu compter sur l’appui des Républicains sur ce texte. « Notre ADN, c’est de taxer moins », a déclaré Véronique Louwagie, députée LR de l’Orne. « Le peuple français est en train de souffrir quand Total est en train de se gaver », a, de son côté, fulminé la cheffe de file des Insoumis Mathilde Panot.

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire