Essonne : 900 lycéens privés d’affectation

Essonne : 900 lycéens privés d’affectation se retrouvent sans établissement
Comme tout le monde le sait, l’Éducation Nationale est au plus mal et manque déjà cruellement d’enseignants.
Un autre scandale est largement passé sous silence.
Depuis la rentrée on estime que 900 élèves sur un peu moins de 128 000, se retrouvent sans affectation dans un lycée.
Le Parisien rapporte que d’après Michel Nouaille, 1er adjoint délégué à la réussite scolaire et éducative « 600 élèves de 3e seraient toujours en attente d’une place en seconde dans un lycée du département ».
À cela s’ajoutent des élèves de terminal qui n’ont pas réussi leur épreuve du baccalauréat et se retrouvent dans l’incapacité de pouvoir redoubler.
En cause, des lycées déjà en surcapacité sont dans l’impossibilité d’accueillir plus d’élèves, et font face à un manque criant d’enseignants. Certaines filières comme la STMG ainsi que les professionnelles sont particulièrement touchées. Interrogé par France 3, l’académie rétorque que « plusieurs actions pour augmenter la capacité d’accueil de la filière ». (…) « depuis juin, différentes mesures ont été mises en place afin de répondre aux demandes d’affectations, par la création de trois classes de 1ère STMG ainsi que l’augmentation des capacités d’accueil en 2nde professionnelle ». Pire encore, elle propose « l’orientation dans des classes de 1ère professionnelle vacantes ou le redoublement en seconde générale ou technologique ».
Pour le moment, motus et bouche cousue du côté de Pap Ndiaye face à une nouvelle preuve de la défaillance de nos institutions et l’effritement de ce service public essentiel. Non seulement à la vue d’une absence totale d’anticipation mais aussi de l’incapacité de mettre en place un plan d’urgence.
Des familles se sont rassemblées devant les locaux de l’inspection académique à Corbeil-Essonne mardi dernier, mais la situation n’a pas évolué depuis.
Peut-être aussi, devons-nous espérer plus de solidarité du corps enseignant et une mobilisation plus forte des parents d’élèves élus face à un tel scandale ?
À quel moment peut-on accepter un système scolaire si défaillant que des centaines d’adolescents sont poussés vers la galère ?
📷 LP/Florian Garcia
close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire