Le groupe Editis suspend la parution d’un livre de Guillaume Meurice juste avant sa sortie

French humorist Guillaume Meurice poses during a photo session in Paris on April 5, 2017. (Photo by Lionel BONAVENTURE / AFP)

Dans un dictionnaire de blagues, l’humoriste égratignait Vincent Bolloré. Le groupe d’édition invoque aussi des « risques de contentieux » sur d’autres passages.

Par Ariane Chemin

Publié aujourd’hui

Article réservé aux abonnés

Le dictionnaire devait sortir le 29 septembre aux éditions Le Robert (propriété du groupe Editis). Un dictionnaire de blagues, coécrit par Guillaume Meurice, chroniqueur de l’émission « C’est encore nous » sur France Inter, et Nathalie Gendrot, metteuse en scène et auteure régulière de la maison. Le fin mot de l’histoire de France en 200 expressions, devait être un livre rigolo. Est-ce qu’il n’a pas fait rire Vincent Bolloré, premier actionnaire de Vivendi, maison mère d’Editis, le groupe d’édition chargé de publier l’ouvrage ? Michèle Benbunan, sa directrice générale a en tout cas préféré purement et simplement faire suspendre ce livre.

Lire aussi  Article réservé à nos abonnés Guillaume Meurice, humoriste : « Le pouvoir installe un cadre, le rire est là pour le péter »

Explication officielle : « sept passages » du livre seraient « susceptibles de donner lieu à contentieux », a expliqué mardi 13 septembre au soir, fort ennuyé et visiblement bouleversé, le directeur des éditions Le Robert, Charles Bimbenet, à Guillaume Meurice. Soit l’avant-veille du rendez-vous fixé aux auteurs pour venir signer leur ouvrage, qui s’inscrivait dans une collection à laquelle ont participé des auteurs prestigieux comme le linguiste Alain Rey (200 drôles de mots qui ont changé nos vies depuis 50 ans, ouvrage publié en 2017).

« Pas de caviardage »

L’éditeur avait pourtant sollicité lui-même les auteurs il y a un an et le fameux dictionnaire avait été lu, relu, annoté. « Tout roule désormais selon la direction juridique sauf deux expressions : Louboutin et Bolloré », finit par expliquer M. Bimbenet à Guillaume Meurice début août. Le premier passage litigieux concernait Vincent Bolloré, cité dans la définition de « Faire long feu : Expression remplacée aujourd’hui par : révéler sur Canal+ les malversations de Vincent Bolloré ». L’autre entrée du dictionnaire posant problème concernait l’expression « Être talon rouge : Aujourd’hui, les Louboutin jouent le même rôle : bien montrer aux autres qu’on est capable de porter un smic à chaque pied ».

Selon la direction de la communication du groupe, ces nouveaux passages sont susceptibles de tomber sous le coup « de la diffamation, de l’injure et de la calomnie »

Il vous reste 29.55% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire