Iran : des jeunes filles mortes pour s’être révoltées contre l’oppression

Publié

Article rédigé par
S. Perez, A. Canestraro – France 2
France Télévisions

20 Heures
Édition du vendredi 7 octobre 2022

Les jours se succèdent, et l’engagement des femmes iraniennes qui bravent la répression ne faiblit pas, vendredi 7 octobre. Le mouvement se renforce contre le port du voile obligatoire mais au-delà, c’est une forme de liberté plus large qui s’exprime dans les rues.

La colère des femmes gronde en Iran, vendredi 7 octobre. Sur une image, des lycéennes font un doigt d’honneur aux autorités religieuses. Un geste qui stupéfie leurs parents, mais aussi leurs professeurs. D’autres piétinent en souriant le visage du guide suprême. Elles déchirent ensuite la photo, un geste inimaginable il y a encore quelques semaines dans le pays. La nouvelle génération n’a pas peur de mourir pour exprimer ses idées.

Une chanson symbolique

Nika Shakarami avait 16 ans et prenait plaisir à poser sans son voile, symbole d’oppression. Le 20 septembre, elle est partie manifester à Téhéran (Iran), au nom de sa liberté. Elle n’est jamais rentrée. Selon sa mère, elle est morte de plusieurs blessures à la tête. Sarina Esmailzadeh, 16 ans, elle, a succombé à des coups de matraques, selon une ONG. « Nous les femmes, on n’a pas le droit d’assister à un match dans un stade, c’est pourtant tellement banal« , défendait Sarina.

Shervin Hajipour, chanteur, est devenu la voie de ses révoltées. Il compose ses chansons avec les slogans des manifestants. Il a été arrêté, puis forcé à se taire. Sa chanson est cependant entonnée partout malgré la répression.

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire