LE CASH DU SIÈCLE

🏟️ LE CASH DU SIÈCLE 💰
La coupe du monde au Qatar cristallise depuis quelques semaines de nombreuses critiques et un appel au boycott. Si nous ne pouvons qu’espérer que cette coupe du monde soit un échec au vu des 6 500 ouvriers décédés sur les chantiers des stades et du non sens écologique de l’événement, nous voyons également une certaine hypocrisie dans certaines prises de position. Comment ne pas rire jaune de voir la mairie de Paris annoncer ne pas installer d’écran géant alors que le PSG appartient à ce même Qatar ? On voit aussi les racistes s’emparer, encore une fois, de la séquence pour distiller leur islamophobie.
Que certains s’indignent pour de mauvaises raisons ou de façon sélective ne doit pas empêcher notre indignation. Et nous le disons clairement : cette coupe du monde est une insulte aux valeurs du sport et à la notion d’humanisme.
Mais pour aller plus loin, une fois l’indignation passée, il serait bon de s’intéresser à l’ensemble d’une séquence bien plus vaste. Aussi bien géographiquement qu’historiquement.
En effet, cette coupe du monde s’inscrit dans un mouvement très fort des instances sportives mondiales : celui d’assumer d’avoir comme unique boussole celle du fric.
Car juste avant le Qatar, c’est bien la Russie qui a accueilli la dernière coupe du monde en 2018. Du côté de l’autre événement sportif mondial le plus important, ce n’est guère plus reluisant : Pékin a accueilli les JO d’été en 2008 et d’hiver en 2022. La Russie était l’hôte des JO d’hiver en 2014. Les prochains jeux asiatiques d’hiver ont tout juste été annoncés : ils auront lieu en Arabie Saoudite !
Pour aller plus loin, et dépasser la sphère sportive, on aura droit à une Cop 28 du climat en 2023 à Dubaï ! Et Coca Cola vient d’annoncer son partenariat avec la Cop 27. La liste pourrait paraître parodique, mais tout est vrai. Et cela n’est sûrement pas terminé.
C’est la magie de ce monde. Tout est à vendre. Tout est possible avec le fric.
Les valeurs du sport, de la solidarité, de l’humanisme, ne sont que des slogans pour des publicitaires qui vendent aux plus offrants. ces marques à forte valeur « symbolique ».
D’un côté, les instances que sont la Fifa et le comité Olympique sont devenues si énormes financièrement qu’elles sont tombées dans les travers de la corruption, et sont même traitées par certains défenseurs du sport populaire de véritable mafia. De l’autre côté, des États semblent prêts à tout pour s’offrir ce type d’événements dans une logique de « soft power » de moins en moins soft et de plus en plus meurtrière.
La popularité de ces événements en ont fait une cible des éléments les plus pourris de l’ultra libéralisme.
La difficulté est de savoir comment lutter face à un tel constat, sans en faire payer le prix aux amoureux et pratiquants de ces sports. Certains, notamment dans le foot, ont fait le choix de la sécession, à l’image des clubs auto-gérés ou encore des ultras ayant quitté les clubs de l’élite pour supporter des clubs de division inférieure. Mais avec quel impact ?
Dans cet esprit, l’appel au boycott de la CDM au Qatar pourrait créer un précédent et faire appel d’air concernant les événements à venir, le Qatar n’étant finalement qu’un aboutissement politique. C’est l’ensemble des fédérations type Olympique ou FIFA qu’il faut combattre.
D’autres tentent de lutter de l’intérieur, avec toutes les difficultés à peser face à ces monstres financiers.
Le dilemme face à ce foot business dont plus personne ne veut mais que quasi tout le monde suit semble refléter l’impasse générale de notre société. Un dégoût général mais une impossibilité de changer cette société.
Avouons-le, à l’heure actuelle, les ultras riches ont gagné le match. Haut la main. Reste à savoir s’ils gagneront la coupe…
2
1 partage
J’aime

Commenter
Partager
close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire