La gauche en appelle à Darmanin après les « ratonnades » de l’extrême droite

A man stands next to burning trash containers, after France's victory over Morocco in the Qatar 2022 World Cup semi-final, in Nice on December 14, 2022. (Photo by Valery HACHE / AFP)

Plusieurs élus de la NUPES à l’Assemblée disent leur vive inquiétude après les scènes de violence qui ont émaillé la demi-finale de coupe du monde.

VALERY HACHE / AFP
France – Maroc : La gauche en appelle à Darmanin après les « ratonnades » de l’extrême droite (photo d’illustration prise le 14 décembre 2022)

POLITIQUE – La fête entachée ? Plusieurs élus s’inquiètent, ce jeudi 15 décembre, des scènes de violences qui ont émaillé les rassemblements de supporters, la veille, en marge de la demi-finale de la Coupe du mondeFrance – Maroc. Ils dénoncent des « ratonnades » ou des « expéditions punitives » menées par l’extrême droite.

Des scènes, dont certaines tournent en boucle sur les réseaux sociaux, qui ulcèrent une partie de la classe politique. À tel point que plusieurs élus, membres de la NUPES, demandent à Gérald Darmanin de sortir du silence… Et de sa « complicité passive. »

« La menace terroriste d’extrême droite est en train de prendre corps sous nos yeux »
Aurélien Taché, député écologiste, au HuffPost

« Je suis très inquiète des groupuscules d’extrême droite dans notre pays qui sont maintenant en toute impunité », a notamment réagi Mathilde Panot, la présidente des députés de la France insoumise, sur Public Sénat, en évoquant « ce qui pourrait s’apparenter à des ratonnades contre des supporters de l’équipe marocaine. » Plus globalement, la députée du Val-de-Marne, se dit « inquiète » d’un potentiel « passage à l’acte » ou en tout cas d’une forme de « généralisation de cette agressivité et de ces bandes violentes. »

L’élue insoumise de Seine-Saint-Denis Nadège Abomangoli, le parlementaire du Nord David Guiraud ou son collègue Thomas Portes ont exprimé leur inquiétude sur Twitter. « Nous avons assisté à de véritables ratonnades », a par exemple écrit le dernier en exhortant le gouvernement à réagir.

La gauche veut dissoudre

Concrètement, les élus de gauche réclament, à nouveau, l’attention du ministère de l’Intérieur, et la dissolution de certaines de ces entités. « Nous avons déjà fait une commission d’enquête il y a trois ans sur les groupuscules d’extrême droite, certains sont en train de se reformer et je vous le dis, il y alerte dans ce pays pour dissoudre ces bandes violentes et haineuses », a ainsi expliqué Mathilde Panot, sans toutefois préciser les organisations qu’elle vise.

Dans ce contexte, certains n’hésitent pas à faire le lien entre ces groupuscules violents et les représentants d’extrême droite, prompts, la semaine dernière, à dire leurs inquiétudes sur les potentielles dégradations commises par les supporters. « Dites, Éric Zemmour et Jordan Bardella qui depuis 3 jours annonciez que ça allait dégénérer hier pour France-Maroc… Vous ne nous aviez pas dit que vous parliez de vos alliés identitaires de l’ultra-droite qui préparaient des ratonnades à l’ancienne… Des multirécidivistes en plus… », a par exemple ironsé Marine Tondelier, nouvelle secrétaire nationale d’EELV, sur les réseaux sociaux.

« Les députés du Rassemblement national avaient minutieusement préparé le terrain de la récupération mardi dans l’hémicycle », ajoute son collègue, l’Insoumis Manuel Bompard, tout aussi alarmiste, pour qui « la stratégie » de l’extrême droite « est claire : déclencher la guerre civile pour prendre le pouvoir », Le football ? Loin.

À voir également sur Le HuffPost :

LIRE AUSSI
close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire