ARGUS… les voitures d’occasion 30 % plus chères !

« Face à l’inflation généralisée, l’Argus a annoncé mardi 17 janvier une exceptionnelle révision à la hausse de ses cotes pour les voitures d’occasion, suivies par les professionnels de l’automobile.

Alors que l’offre de voitures neuves reste ralentie par des problèmes logistiques, « les prix de vente des voitures d’occasion ont augmenté d’environ 30 % en deux ans. Ce n’était jamais arrivé sur un laps de temps aussi court », explique dans un communiqué Olivier Flavier, vice-président Mobility France du groupe Adevinta, maison mère de L’Argus et propriétaire du Bon Coin.

« Comme nous avons constaté un écart qui devenait beaucoup trop fort entre les prix de vente des voitures d’occasion et nos cotes qui sont forcément plus basses, nous avons rectifié nos courbes de dépréciation pour s’assurer qu’elles collent plus au marché », a souligné Olivier Flavier. »

Les voitures d’occasion de plus en plus chères !

Quel sera le prix d’une bonne voiture thermique peu kilométrée dans 5 ans quand les constructeurs seront englués dans le tout électrique sans autonomie et aux pleins d’électricité hors de prix ?

Car, aujourd’hui, le plein d’électricité coûte aussi cher voir parfois plus cher qu’un plein de carburant !

Incroyable, mais vrai.

Nous allons donc assister à un marché auto très paradoxal.

Des voitures électriques dont le prix va commencer à baisser mais qui restent des véhicules peu pratiques, avec peu d’autonomie et très sensibles au poids emporté.

De l’autre des voitures thermiques en raréfaction avec des diesels interdits bientôt dans toutes les ZFE et des véhicules essence modernes qui vont voir leur valeur rapidement augmenter tandis que les voitures diesel vont s’effondrer.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source Boursorama.com ici


Face à l’inflation, le marché des voitures d’occasion revoit ses cotes à la hausse

information fournie parBOURSORAMA AVEC MEDIA SERVICES17/01/2023 

La cote Argus, qui sert de référence pour la reprise des voitures par un professionnel, va faire l’objet d’une augmentation exceptionnelle face aux turbulences du marché.

Le marché de l'occasion a ensuite connu une année record en 2021, mais s'est écroulé en 2022 ( AFP / PHILIPPE HUGUEN )

Le marché de l’occasion a ensuite connu une année record en 2021, mais s’est écroulé en 2022 ( AFP / PHILIPPE HUGUEN )

Face à l’inflation généralisée, l’Argus a annoncé mardi 17 janvier une exceptionnelle révision à la hausse de ses cotes pour les voitures d’occasion, suivies par les professionnels de l’automobile.

Alors que l’offre de voitures neuves reste ralentie par des problèmes logistiques, « les prix de vente des voitures d’occasion ont augmenté d’environ 30% en deux ans. Ce n’était jamais arrivé sur un laps de temps aussi court », explique dans un communiqué Olivier Flavier, vice-président Mobility France du groupe Adevinta, maison mère de L’Argus et propriétaire du Bon Coin.

« Comme nous avons constaté un écart qui devenait beaucoup trop fort entre les prix de vente des voitures d’occasion et nos cotes qui sont forcément plus basses, nous avons rectifié nos courbes de dépréciation pour s’assurer qu’elles collent plus au marché », a souligné Olivier Flavier.

Lancée dans les années 1930, la cote Argus sert de référence pour la reprise des voitures par un professionnel, indiquant une courbe de dépréciation pour chaque type de véhicule à partir de son prix de vente neuf.

Yo-yo de l’ère post-Covid

L’Argus retouche rarement ses cotes, mais il a dû s’adapter aux soubresauts que l’industrie automobile a connus au cours des deux dernières années.

Au printemps 2020, le marché automobile s’était effondré avec le confinement lié au Covid-19 et le journal avait suspendu ses cotes pour la première fois depuis 1940.

Le marché de l’occasion a ensuite connu une année record en 2021, mais s’est écroulé en 2022 (-13,5% avec 5,2 millions de transactions). La rareté des voitures récentes a fait augmenter leur prix, poussant les acheteurs à se tourner vers des modèles plus anciens, indiquait le cabinet AAAdata début janvier.

« Aujourd’hui, il s’agit d’un ajustement anticipé et travaillé depuis plusieurs mois par les équipes d’experts et data scientists. Il concerne l’ensemble des véhicules particuliers, avec des niveaux d’ajustements différents en fonction de l’énergie et de l’ancienneté du véhicule », indique Olivier Flavier.

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire