Gare de l’Est : le trafic restera perturbé mercredi, la SNCF dénonce un «acte de sabotage»

PARIS, FRANCE - JANUARY 19: Gare de l'Est Railway Station in Paris lies empty as France is hit by widespread traffic disruption as transport workers join a nationwide strike against President Macron's Pension reform plans on January 19, 2023 in Paris, France. Following the French government's announcement to push the retirement age from 62 to 64, unions have called for mass social action with employees in transport, education, energy and the health service joining the nationwide strike, with major protests across France. France's CGT union has also threatened to cut electricity supplies to lawmakers and businessmen amid the nationwide strike. (Photo by Kiran Ridley/Getty Images) (Photo by Kiran Ridley / GETTY IMAGES EUROPE / Getty Images via AFP)

Des câblages électriques ont été incendiés dans une installation de la SNCF située en Seine-et-Marne, dans la nuit de lundi à mardi. L’entreprise de transport a porté plainte.

Les voies de la gare de l’Est lors de la journée de mobilisation sociale contre la réforme des retraites, le 19 janvier 2023. (Kiran Ridley /Getty Images.AFP)

par LIBERATION et AFP

publié le 24 janvier 2023

L’entreprise de transport évoque un «acte de malveillance» dans un poste d’aiguillage en Seine-et-Marne, avec un «incendie volontaire sur des câbles électriques». «Vers 3 heures du matin, une cage contenant les câblages électriques des panneaux de circulation de la SNCF a été ouverte et le feu mis dedans», précise une source policièreLe parquet de Meaux a annoncé l’ouverture d’une enquête pour dégradation volontaire et mise en danger de la vie d’autrui. «C’est un acte de sabotage sur des câbles de signalisation qui comportent des circuits de sécurité», a relaté Olivier Bancel, numéro deux de SNCF Réseau, mardi soir.

Le ministre des Transports, Clément Beaune, avait dénoncé mardi matin un «acte de malveillance», promettant qu’il serait «sévèrement sanctionné». Critiquant un acte «scandaleux», Valérie Pécresse, la présidente de la région et des transports d’Ile-de-France, «réclame des sanctions sévères», dans un message sur Twitter. SNCF Réseau a d’ores et déjà annoncé sa volonté de déposer plainte.

Panneaux en béton «retirés»

Selon les premiers éléments de l’enquête, «un premier coffret abritant des câbles électriques avait été incendié après que deux panneaux en béton condamnant l’accès à la trappe où ledit coffret était inséré dans le sol avaient été retirés et déposés, a détaillé dans un communiqué le procureur Jean-Baptiste Bladier. Un second coffret, situé de l’autre côté des voies, accessible au moyen d’un tunnel situé sous lesdites voies, avait lui aussi fait l’objet de dégradations par incendie».

La page Twitter de la Ligne P fait état d’«un acte de vandalisme, incendie sur des câbles électriques dans un local technique dans le secteur de Vaires» en Seine-et-Marne, et publie une photo de câbles carbonisés.

Après avoir d’abord tablé sur un rétablissement de la circulation des trains vers 10 heures, une porte-parole de l’entreprise avait très vite affirmé que «le trafic sera interrompu pour toute la journée, jusqu’à la fin de service». «Les équipes de SNCF Réseau poursuivent l’établissement du diagnostic. Nous vous invitons à reporter votre voyage», écrit la SNCF sur sa page internet dédiée à l’info trafic.

Selon des chiffres SNCF datant de 2019, quelque 41 millions de voyageurs transitent chaque année par la gare de l’Est, qui est l’une des six grandes gares parisiennes. Elle dessert le grand est de la France, ainsi que des destinations internationales comme l’Allemagne et le Luxembourg.

Mise à jour : à 18 h 48, avec la SNCF qui parle d’ «acte de sabotage».

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire