Les femmes grandes perdantes de la réforme des retraites : appel à la manifestation !

Les femmes grandes perdantes de la réforme des retraites :
Appel à la manifestation ! 

     Les femmes touchent des retraites inférieures de 40% à celles des hommes, et cette réforme va encore accentuer ces inégalités. L’allongement de la durée de cotisation à 43 ans dès 2027 va particulièrement pénaliser les femmes qui ont dû s’arrêter pour élever leurs enfants. Elles seront encore plus nombreuses à devoir attendre 67 ans pour espérer avoir une retraite pleine. C’est inacceptable ! Nous appelons à manifester le jeudi 19 janvier partout en France, pour dire non à cette réforme injuste.

     En France, la pension moyenne brute est de 1145E pour les femmes contre 1924E pour les hommes. Les femmes retraitées touchent donc 40% de moins que les hommes (Ou plus exactement, les hommes retraités touchent 68% de plus que les femmes).

Ces inégalités sont la résultante de deux inégalités : inégalité de salaire (25% d’écart) et inégalité de durée de cotisation. Les femmes, en effet, sont encore celles qui ont très majoritairement des interruptions de carrière pour s’occuper des enfants.

     Ainsi, l’allongement de la durée de cotisation à 43 ans dès 2027 va directement augmenter le nombre de femmes qui n’auront pas le nombre de trimestres suffisant pour partir à la retraite à l’âge légal. A l’heure actuelle, 44% des femmes partent à la retraite avec une carrière incomplète, subissant une décote du montant de leur pension. Et 20% d’entre elles travaillent jusqu’à 67 ans (contre 10% des hommes) à l’âge de l’annulation de la décote.

Le gouvernement nous assure que le minimum garanti de retraite, annoncé à 1200E, bénéficiera aux femmes qui ont des petites retraites, sauf que ce minimum ne s’appliquera qu’aux carrières complètes. Les femmes devront, là aussi, souvent continuer à travailler jusqu’à 67 ans pour en bénéficier.

     Enfin, l’allongement de l’âge de départ à la retraite de 62 ans à 64 ans va directement pénaliser les femmes et hommes ayant commencé à travailler jeunes. Et si la loi prévoit la possibilité de partir à la retraite de façon anticipée en cas de pénibilité, la pénibilité qui caractérise les métiers féminins est très peu prise en compte. Les caissières, les femmes de ménage, les aides-soignantes, les aides à domicile cumulant précarité et pénibilité seront les premières victimes de cette réforme injuste.

Nous appelons donc à manifester, partout en France, le jeudi 19 janvier pour dire NON à cette réforme des retraites !

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire