L’usine Vertbaudet synthétise de nombreux travers répressifs.


L’usine Vertbaudet synthétise de nombreux travers répressifs.
Nous sommes dans le nord de la France, dans cette usine située à Marquette-lez-Lille en banlieue de Lille.
72 salariés sur 327 sont en grève et demandent une augmentation ainsi de meilleures conditions de travail. On estime que 90% de ces grévistes sont des femmes.

Mardi dernier, la police est allée démanteler, violemment, leur piquet de grève dans la matinée.
Une soixantaine de CRS auraient forcé le blocage de manière agressive, d’après le témoignage de Manon Ovion, représentante syndicale CGT.

Dans un même article, Streetpress révèle qu’une ouvrière du nom de Claudia a dû être hospitalisée, après avoir été étranglée par un agent assermenté.
Deux plaintes pour violences ont été déposées, suite à la répression des grévistes.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là, au moins deux représentants de l’Union locale de Tourcoing ont été arrêtés et placés en garde à vue après l’évacuation du piquet en question.

Clou du spectacle, des hommes aux visages dissimulés, se présentant comme des policiers en civil, sont allés au domicile d’un représentant syndical et l’ont gazé, roué de coups après l’avoir emmené de force en voiture et insulté de « sale gréviste ».

Là aussi une plainte a été déposée et une enquête est ouverte par le parquet de Lille.

La contestation a dorénavant un coût et mérite encore plus de soutien, résister est aujourd’hui un acte de courage, tellement le risque d’agression physique et d’arrestation arbitraire est grand.

Peut être une image de 3 personnes et texte qui dit ’GAV injustifiées, strangulations sur grévistes, guet apens à domicile par des hommes présentés comme policiers en civil MUCE 1 L'usine Vertbaudet synthétise de nombreux travers répressifs’

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire