De Gaulle et les juifs en 1967 puis Chirac

Conférence de presse annuelle dans la salle des fêtes de l’Elysée devant la presse mondiale…

  • Sur la situation au Proche Orient et la guerre des Six Jours menée par Israël : DE GAULLE fait l’historique de l’établissement de l’état d’Israël et prononcent des paroles qui feront alors polémique : « Certains même redoutaient que les Juifs, jusqu’alors dispersés, mais qui étaient restés ce qu’ils avaient été de tout temps, c’est à dire un peuple d’élite, sur de lui-même et dominateur, n’en viennent, une fois rassemblés dans le site de leur ancienne grandeur, à changer en ambition ardente et conquérante les souhaits très émouvants qu’ils formaient depuis dix neuf siècles: « L’an prochain à Jérusalem ». Il revient sur relations diplomatiques avec ce pays : La France prêche la modération face aux Palestiniens. Il réaffirme cependant : « Si Israël est attaqué, nous ne le laisserons pas détruire, mais si vous attaquez, nous condamnerons votre initiative ».

22 octobre 1996 Lors de son voyage en Israël, alors qu’il visite la vieille ville de Jérusalem, le président de la République Jacques CHIRAC s’est violemment heurté aux services de sécurité israéliens censés le protéger et dont il jugé l’attitude brutale et provocatrice. Très en colère, Jacques CHIRAC interpelle les agents des services de sécurité israéliens, d’abord en français puis en anglais (sous titrage à l’écran) : « Je commence à en avoir marre… Vous voulez que je reprenne mon avion et que je reparte en France ? Ce n’est pas une méthode. C’est une provocation. » politique; archive télévision; archive tv; ina; inna; Institut National de l’Audiovisuel; french tv Images d’archive INA Institut National de l’Audiovisuel

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire