Paris : une manifestation pro-palestinienne autorisée rassemble plusieurs milliers de personnes

Guillermo Yllanes Gonzalez/LaPresse Cronaca Madrid, palestinesi protestano davanti all'ambasciata israeliana
Manifestantes se reúnen para protestar por la situación de Palestina ante el edificio de la Embajada de Israel en Madrid . Demonstrators gather to protest the situation in Palestine in front of the Israeli Embassy building in Madrid - Photo by Icon sport

Au moment où le Tribunal administratif de Paris a validé la tenue de ce rassemblement, plusieurs centaines de personnes étaient déjà présentes, dans le calme, place de la République.

La manifestation a été autorisée ce jeudi par le Tribunal administratif de Paris. (Illustration) Icon sport/Guillermo Yllanes Gonzalez
Le 19 octobre 2023 à 21h14

Une manifestation en soutien aux Palestiniens de la bande de Gaza, bombardée quotidiennement par Israël depuis l’attaque du Hamas, rassemblait plusieurs milliers de personnes ce jeudi soir place de la République à Paris.

Alors que les manifestations en soutien à la Palestine étaient jusqu’à présent systématiquement interdites en France, les milliers de personnes rassemblées à Paris ont obtenu du Tribunal administratif de Paris l’autorisation de manifester ce jeudi.

La manifestation, qui se déroule dans le calme depuis 18 heures, est organisée par l’association CAPJPO Europalestine et par le Nouveau parti anticapitaliste.

« Pas de risque particulier de violences »

« Il ne résulte pas de l’instruction, et en particulier de la note des services spécialisés établie en vue de la présente manifestation, que le rassemblement projeté présenterait un risque particulier de violences, à l’encontre d’autres groupes ou des forces de l’ordre », a estimé le Tribunal administratif de Paris dans sa décision.

Les arrêtés préfectoraux attaqués portent donc « une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de manifester », a conclu le tribunal, en ordonnant leur suspension.

Le Conseil d’État avait rappelé mercredi au gouvernement que les manifestations propalestiniennes ne pouvaient être interdites systématiquement et qu’il revenait aux seuls préfets d’apprécier s’il y avait localement un risque de troubles à l’ordre public.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, qui a appris la décision du Tribunal administratif de Paris alors qu’il était interviewé sur BFMTV a dit espérer que la manifestation « sera pour la Palestine et pas pour une haine des juifs ».

Un peu plus tôt dans la journée, le président de la République, interpellé par des jeunes à Paris avait justifié les interdictions de ces manifestations par la nécessité d’observer « un délai de décence » après les attaques du Hamas le 7 octobre, qui ont coûté la vie à 1 400 Israéliens.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire