1 – GAZA SOUS LES BOMBES -RIEN N’ARRIVE PAR HASARD **

Nelpal
sam. 23 déc.

Simple avis –  

Qu’une partie des propos, tenus dans les liens en fin du troisième courriel,  soit fondée, pout justifier l’explication de la stratégie d’extermination des populations civiles palestiniennes, peut-être.  De même, que le contenu de l’article traduit, ci-dessous, peut, également, refléter une partie informative de la réalité.

Toutefois, ce que les militaires taisent, ainsi que leurs sources, c’est, de nommer l’idéologie dont se réclame Benyamin Netanyahou, premier ministre d’Israël ainsi que, son gouvernement, au sein duquel, la droite et l’extrême droite se confondent,  aux fins de  finaliser, la destruction complète de Gaza, par l’extinction totale, de toute vie, arabo-musulmane, en Palestine. Bien évidemment, tout ceci est masqué.  

De plus, ce qui m’interpelle, repose ,sur l’ambiguïté dans les propos tenus, de source militaire, donnant à penser que les « dommages collatéraux » de milliers de morts, seraient le fait, que l’armée juive, ne pourrait pas les éviter ;  la priorité, étant, à n’importe quel prix, l’extermination des combattants du Hamas. Quel cynisme ! Que la désinformation se poursuive. A ce stade, le risque génocidaire prononcé par des responsables de l’ONU, continue, jour après jour, de devenir une réalité dont on ne soupçonne pas encore, les répercussions. L’heure du bilan pour ISRAEL, et ses alliés sera terrible. L’OCCIDENT *rouge sang * teinte nos institutions de nationalismes éperdus de revanche du passé, de configurations totalitaires, mortifères, sécuritaires, avec, en priorité, la chasse aux pauvres, aux migrants, dont certains, sont des Palestiniens, ceux et celles qui, jour après jour, sont réduits à des rebus de l’humanité. 

Sera-t-il possible dans le futur, qu’à la suite de ces tragiques évènements, de nouvelles configurations associatives et politiques portent dans leur objet, un lutte, sans merci, contre les complexes militaro-industriels, en apportant, auprès du grand public, des informations précises, sur les nouvelles technologies de mort  et, le coût précis versé par le contribuable, par le biais de subventions. Ces informations doivent être au cœur du débat de la citoyenneté . Il y va de notre humanité.

A bientôt.

Nelly

******************************************************************************************************************

« Rien n’arrive par hasard », a déclaré une autre source. « Lorsqu’une fillette de trois ans est tuée dans une maison à Gaza, c’est parce que quelqu’un dans l’armée a décidé qu’il n’était pas grave qu’elle soit tuée – que c’était un prix qui valait la peine d’être payé pour atteindre [une autre] cible. Nous ne sommes pas le Hamas. Il ne s’agit pas de roquettes tirées au hasard. Tout est intentionnel. Nous savons exactement combien de dommages collatéraux il y a dans chaque maison ».

ENQUETE MENEE PAR  +972 Magazine et Local Call.

https://www.972mag.com/mass-assassination-factory-israel-calculated-bombing-gaza/

Yuval Abraham  November 30, 2023
Le ciblage à grande échelle des maisons résidentielles peut être déduit des données publiques et officielles. Selon le Bureau des médias du gouvernement de Gaza – qui fournit les bilans des morts depuis que le ministère de la Santé de Gaza a cessé de le faire le 11 novembre en raison de l’effondrement des services de santé dans la bande – au moment où le cessez-le-feu temporaire est entré en vigueur le 23 novembre, Israël avait tué 14 800 Palestiniens à Gaza ; environ 6 000 d’entre eux étaient des enfants et 4 000 des femmes, qui représentent ensemble plus de 67 % du total. Les chiffres fournis par le ministère de la santé et le bureau des médias du gouvernement – qui relèvent tous deux du gouvernement du Hamas – ne s’écartent pas de manière significative des estimations israéliennes.

Le ministère de la santé de Gaza ne précise d’ailleurs pas combien de morts appartenaient aux ailes militaires du Hamas ou du Jihad islamique. L’armée israélienne estime avoir tué entre 1 000 et 3 000 militants palestiniens armés. Selon les médias israéliens, certains des militants morts sont enterrés sous les décombres ou à l’intérieur du système de tunnels souterrains du Hamas, et n’ont donc pas été pris en compte dans les décomptes officiels

*******************************************************************************************************************************

Yuval Abraham Le 30 novembre 2023

L’autorisation élargie de l’armée israélienne pour le bombardement de cibles non militaires, le relâchement des contraintes concernant les pertes civiles attendues et l’utilisation d’un système d’intelligence artificielle pour générer plus de cibles potentielles que jamais auparavant, semblent avoir contribué à la nature destructrice des étapes initiales de la guerre actuelle d’Israël contre la bande de Gaza, révèle une enquête menée par +972 Magazine et Local Call. Ces facteurs, décrits par des membres actuels et anciens des services de renseignement israéliens, ont probablement joué un rôle dans la réalisation de ce qui a été l’une des campagnes militaires les plus meurtrières contre les Palestiniens depuis la Nakba de 1948.

L’enquête menée par +972 et Local Call est basée sur des conversations avec sept membres actuels et anciens de la communauté du renseignement israélien – y compris des membres du renseignement militaire et de l’armée de l’air qui ont participé aux opérations israéliennes dans la bande de Gaza assiégée – ainsi que sur des témoignages, des données et des documents palestiniens provenant de la bande de Gaza, et sur des déclarations officielles du porte-parole des FDI et d’autres institutions de l’État israélien.

Par rapport aux précédents assauts israéliens contre Gaza, la guerre actuelle – qu’Israël a baptisée « Opération épée de fer » et qui a débuté à la suite de l’assaut mené par le Hamas contre le sud d’Israël le 7 octobre – a vu l’armée étendre de manière significative ses bombardements sur des cibles qui ne sont pas clairement de nature militaire. Il s’agit notamment de résidences privées ainsi que de bâtiments publics, d’infrastructures et d’immeubles de grande hauteur, que l’armée définit comme des “cibles de pouvoir” (“matarot otzem”).

Le bombardement de ces cibles, selon des sources du renseignement qui ont eu une expérience directe de son application à Gaza dans le passé, vise principalement à nuire à la société civile palestinienne : pour « créer un choc » qui, entre autres, se répercutera puissamment et « conduira les civils à faire pression sur le Hamas », comme l’a dit une source.

Plusieurs de ces sources, qui ont parlé à +972 et à Local Call sous le couvert de l’anonymat, ont confirmé que l’armée israélienne dispose de fichiers sur la grande majorité des cibles potentielles à Gaza – y compris les habitations – qui stipulent le nombre de civils susceptibles d’être tués lors d’une attaque sur une cible particulière. Ce nombre est calculé et connu à l’avance par les unités de renseignement de l’armée, qui savent également, peu de temps avant de lancer une attaque, combien de civils seront certainement tués

Dans un cas évoqué par les sources, le commandement militaire israélien a sciemment approuvé le meurtre de centaines de civils palestiniens dans le but d’assassiner un seul haut commandant militaire du Hamas. « Les chiffres sont passés de dizaines de morts civiles [autorisées] en tant que dommages collatéraux dans le cadre d’une attaque contre un haut responsable lors d’opérations précédentes, à des centaines de morts civiles en tant que dommages collatéraux », a déclaré l’une des sources.

« Rien n’arrive par hasard », a déclaré une autre source. « Lorsqu’une fillette de trois ans est tuée dans une maison à Gaza, c’est parce que quelqu’un dans l’armée a décidé qu’il n’était pas grave qu’elle soit tuée – que c’était un prix qui valait la peine d’être payé pour atteindre [une autre] cible. Nous ne sommes pas le Hamas. Il ne s’agit pas de roquettes tirées au hasard. Tout est intentionnel. Nous savons exactement combien de dommages collatéraux il y a dans chaque maison ».

Selon l’enquête, une autre raison du grand nombre de cibles et des dommages considérables causés à la vie civile à Gaza est l’utilisation généralisée d’un système appelé “Habsora” (« L’Évangile »), qui repose en grande partie sur l’intelligence artificielle et peut « générer » des cibles presque automatiquement à un rythme qui dépasse de loin ce qui était possible auparavant. Ce système d’intelligence artificielle, comme l’a décrit un ancien officier de renseignement, facilite essentiellement une « usine d’assassinats de masse ».

Mail 1

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire