À Romans-sur-Isère, « on continue à mettre de l’huile sur le feu »

La tension n’est pas retombée dans la ville de la Drôme, où plusieurs personnes d’origine maghrébine ont été agressées cette semaine. Le père d’un des jeunes mis en examen dénonce les « mensonges » qui circulent sur la rixe qui a provoqué la mort de Thomas à Crépol.

Karl Laske

2 décembre 2023

Romans-sur-Isère (Drôme).– Un rond barré d’une croix, une croix celtique, l’emblème des fascistes français, a été peinte sur un mur de l’immeuble des Glycines, une barre à l’abandon, à l’entrée du quartier de la Monnaie, à Romans-sur-Isère. À moins que ce ne soit une cible.

Samedi 25 novembre, une centaine de militants d’extrême droite, venus de plusieurs villes françaises, ont convergé la nuit tombée vers ce quartier qu’ils ne connaissaient pas. Par petits groupes, avec des bombes de peinture, des cagoules, armés pour certains de battes de baseball. Sur le même bâtiment abandonné, une croix gammée a été dessinée à la hâte. À deux cents mètres de là, les mêmes ont tagué sur la mosquée « Justice pour Thomas », l’adolescent tué lors d’un affrontement avec des jeunes de la Monnaie, à Crépol, un village des environs, le samedi précédent lors d’un bal.

Illustration 1
Dans le quartier de la Monnaie, à Romans-sur-Isère, le 2 décembre 2023. © Photo Sylvain Thomas/AFP

« Moi, je me baladais, on m’a appelé, on m’a dit : “Attention, il y a un groupe d’extrême droite qui vient vers le quartier”, raconte Nabil, ancien animateur social, 40 ans. Un jeune s’était pris un coup de batte de baseball du côté de la gare. » Un peu plus tard, « des livreurs Uber ont vu deux gars s’enfuir en courant. Ils les ont suivis, attrapés, ils leur ont pris leurs téléphones et, dedans, ils ont vu qu’il y avait des noms et des adresses des familles ! ».

« Des gens qui sont sauvages »

Sur l’un des portables, un fil de discussion est resté ouvert.

« Les crouilles, ils ont pas peur de la bagarre, écrit E. Mais toucher leurs mères, ça va les briser.

— Nan frérot pas leurs mères, répond AA.

— Il faut s’en prendre à leurs mères, à leurs grands-pères et grands-mères, et leur tendre des embuscades préparées, pas partir au front comme des cons, écrit un troisième, AD.

— C’est leur point faible, insiste E. Ça rebute beaucoup de gens mais pour eux, il le faut. »

E. résume un peu plus tard : « Donc voilà : expédition punitive à Romans-sur-Isère. Faut que ce soit organisé comme un commando et que ça fasse des dégâts, et ça faut être vraiment déter et entrainé pour ça. La vengeance 1 vs 1 doit être sur les mères et les sœurs, là ça va les briser mentalement et psychologiquement. »

Illustration 2
Une croix celtique dessinée par des militants d’extrême droite à Romans-sur-Isère lors de leur attaque du quartier. © DR

Dans un fast food à deux pas du quartier, Mohamed, Nabil et Abdallah*, la quarantaine, lisent et relisent effarés ces captures d’écran. Ils ont quitté le quartier après leurs études, se sont éloignés à droite à gauche pour travailler, quittant Romans quelques années, mais ils n’habitent pas loin. À cinq minutes en voiture. Ils peuvent être là très vite. Ils sont en alerte.

Mardi, une femme s’est fait arracher son voile dans la rue. Mercredi, un jeune facteur d’origine maghrébine a été agressé et menacé par un groupe de quatre hommes descendus de leur voiture. Ces jours-ci, quand on sort du quartier, il est recommandé de « faire attention », de ne pas rester isolé pour aller faire des courses, d’être vigilant aux passages piétons. « Les gens ont peur de parler au téléphone. Ils se méfient de la vidéosurveillance, c’est incroyable », prévient Mohamed.

« Pour Thomas, tout le monde partage la douleur, dit Nabil. C’est un drame. Il est de chez nous. On est tous allés au lycée du Dauphiné… »

Lundi, un hommage a été organisé dans l’établissement de Thomas en présence du porte-parole du gouvernement Olivier Véran et de la maire (Les Républicains) de Romans-sur-Isère, Marie-Hélène Thoraval.

Une maire pyromane

« Les jeunes qui ont été interpellés sont nés en France, leurs parents sont nés en France, rebondit Mohamed. On est en train de leur dire : “Vous n’êtes pas de chez nous.” Être né ici, avoir ses parents qui sont nés ici, ça ne fait pas de nous des “Blancs”… C’est où, le curseur du Blanc ? »

L’attaque du 25 novembre a tourné court. Une compagnie de CRS, déployée préventivement, a dispersé les agresseurs et fait une vingtaine d’interpellations. Six militants ont été condamnés en comparution immédiate à des peines de six à dix mois de prison.

Ici, on se demande aussi « à quoi joue » la maire de la ville, qui s’échine depuis dix jours à désigner le quartier comme la source de tous les maux ; « à quoi jouent » les médias qui l’accueillent, presque quotidiennement, depuis une semaine. « Elle met de l’huile sur le feu, au lieu de nous protéger », juge Abdellah.

Sur Europe 1, alors qu’un journaliste lui demande de parler de la « bande armée » responsable du meurtre de Thomas, Marie-Hélène Thoraval soutient qu’une « frange de la population [du quartier – ndlr] refuse toute forme de citoyenneté et d’intégration ». « Ces personnes doivent être extraites du quartier » et « avoir un traitement spécifique », préconise-t-elle. « Puisque le ministre de l’intérieur a parlé d’ensauvagement », ne faut-il pas appliquer « d’autres méthodes » sur « des gens qui sont sauvages ? », suggère-t-elle sur BFMTV.

Le « noyau dur » de la Monnaie repose sur des individus « qui sont issus de parents qui étaient déjà délinquants », parce que « c’est une culture qui se transmet ». La mort de Thomas n’est « pas un fait divers », soutient-elle, « dans ce qui s’est passé à Crépol, il y a cette dimension d’attaque qui ressort ».

Illustration 3
L’immeuble désaffecté des Glycines à l’entrée du quartier de la Monnaie, à Romans-sur-Isère. © KL

« Elle enchaîne les éclats depuis cinq jours, commente un élu d’opposition. C’était d’abord la racaille, les sauvages, et puis les barbares. Elle est en roue libre. Elle pense que c’est une opportunité pour elle. Personne ne la remet en question là-dessus pour le moment. »

Les propos de l’élue, ancienne professeure de marketing, décrite comme « un mélange de Balkany et de Wauquiez » – dont elle a rejoint la majorité au conseil régional –, sont en tout cas repris et salués par Éric Zemmour et Marion Maréchal.

C’est que la maire réclame aussi que le « caractère raciste » de « l’attaque » soit reconnu par la justice. Le procureur a indiqué que sur 104 personnes auditionnées, neuf témoins ont entendu des propos « hostiles aux Blancs » lors de la rixe, mais cette circonstance aggravante n’a pas été retenue, faute de preuves.

« La vraie version »

Aux yeux de la maire, et d’une partie de la ville, un quartier tout entier semble donc coupable. « On est un seul corps et quand quelqu’un fait une connerie, ça compte pour tous… ! », résume Mohamed, à peine ironique.

La nuit venue, L., le père d’un des mis en cause, déconfit, s’assoit à l’arrière de la voiture de Mohamed, un gobelet de café à la main. Il a appris qu’il y avait eu « une bagarre », le dimanche matin, en prenant son café. « Il était rentré chez sa mère, dit-il. Il s’est bien fait amocher. Il avait des hématomes de partout… Il m’a expliqué la vraie version. »

Il parle doucement, les mots viennent avec émotion.

« Mon fils avait rejoint sa copine, poursuit-il. Elle l’avait appelé pour qu’il la rejoigne. Les jeunes dansaient. Ils étaient deux, trois au début. À la fin de la soirée, quelqu’un est venu et lui a tiré les cheveux, en le traitant de “tchikita” [graphie phonétique de lespagnol chiquita, « petite fille », et titre d’un morceau de Jul – ndlr]. Il a les cheveux longs. C’est parti de là. Il ne s’est pas laissé faire… Il s’est fait insulter, traiter de “sale bougnoule”. On lui a dit : “Sors” et il est sorti. Dehors, il y en avait qui l’attendaient. Il s’est fait passer à tabac. Il s’est fait éclater la tête. Ils l’ont déglingué. »

Dehors, face à son fils et à ses amis, des jeunes de 25-30 ans, « pas des gamins »« La majorité était sur le parking, et c’est parti », dit-il. Le lendemain, « il était en état de choc, il n’imaginait pas qu’il y avait un mort ». Selon lui, des gens « de son côté » ont aussi pris des coups de couteaux. Et ceux d’en face ont fait « une réunion, le lendemain, pour faire leur propre version », croit-il savoir, car, « au début, ils n’étaient pas d’accord ». « Soi-disant, quelqu’un a dit : “On va manger du Blanc”, c’est pas possible…, poursuit-il. Un de leur côté dit quelque chose, et ça suffit, mais si on est cent à dire le contraire… ça ne suffira pas. »

L. tient à dire que son fils, âgé de 20 ans, travaille « dans une usine de pièces automobiles » et que « la majorité de ceux qui étaient là travaillent ». Il allait de l’avant, en dépit de « quelques erreurs » qui semblaient derrière lui, aidait sa mère pour les courses, passait son permis, bref rassurait ses parents.

« Les bals de village, c’est une tradition, poursuit-il. Ça fait longtemps. Moi le premier j’y allais. On sortait dans les bals, les vendredis, les samedis. Il y a toujours eu des trucs racistes. »

« Tout ce qui est en notre faveur, ils n’en parlent pas. Et dès qu’ils peuvent nous griller, ils y vont », soupire-t-il. Et il y a « l’histoire des noms »« Il faut faire une enquête pour savoir qui a fait fuiter les noms et les adresses. On a des menaces maintenant. Moi, je n’ai pas de téléphone fixe, mais ils appellent les autres, ceux qui ont un fixe. »

« Le mensonge va exploser » sur les événements de la soirée, espère-t-il. Il y a des vidéos qui montrent les jeunes en train de danser. « Maintenant, pour débloquer, il faudrait qu’il y en ait un qui parle… » L’auteur du coup mortel « ne voulait pas tuer », juge L., « c’était pour se défendre… ». Selon un communiqué du procureur, ce dernier a été « formellement désigné » et n’habite pas le quartier de la Monnaie mais le centre-ville, avec sa mère.

Au total, neuf jeunes sont poursuivis et six sont incarcérés. Le fils de L. a été mis en examen pour « meurtre et tentative de meurtre en bande organisée » et placé en détention provisoire.

L. quitte tristement la voiture de Mohamed. Le quartier de la Monnaie semble déserté cette nuit.

Les silences de Crépol

Jeudi après-midi, il pleut à verse sur Crépol, un petit village de 500 habitants situé à 15 kilomètres de Romans-sur-Isère. Sur une petite table sous l’auvent de la mairie, on a posé un livre de condoléances. Les pages sont gorgées d’humidité. Des messages amicaux, de l’incompréhension, de la colère. « Pauvre Thomas. » « Épreuve tragique, pas de mot, simplement horrible. » Quelqu’un pense aux « jeunesses bafouées, volées, détruites » par « l’insouciance de la violence sous toutes ses formes »« au fil des générations ». Des mots sont plus définitifs que d’autres : « Thomas a été sauvagement assassiné par des racailles. » « C’est une sauvagerie. » Dans la mairie, on ne veut plus rien dire. En face, un boucher et une buraliste se murent dans le silence, mécontents des médias.

Illustration 4
La salle des fêtes de Crépol où avait lieu un bal d’hiver samedi 18 novembre. © KL

La salle des fêtes où a eu lieu l’affrontement est à l’écart de la route. On y accède par un passage entre les maisons et des rangées de buissons. Deux jeunes sont venus de Valence pour allumer une bougie, mais c’est compliqué à cause de la pluie. Ils s’y reprennent à plusieurs fois. Impossible, il pleut trop. L’un d’eux est apprenti boulanger, il se dit inquiet de « ce qui se passe ». Les deux amis restent un instant silencieux devant la salle des fêtes, à l’abri de la pluie, sous un arbuste, puis ils repartent en voiture.

Un voisin passe. Marc* a été réveillé par la lumière des gyrophares la nuit des faits. Le lendemain, il a entendu une voisine parler d’un « attentat », le boucher dire qu’il y avait eu « deux morts », une autre voisine dire qu’il y en avait trois. Et BFMTV a frappé à sa porte. « Ils m’ont demandé : “Est-ce que Crépol est un village qui craint ?” », raconte-t-il. Marc n’a pas répondu.

Au comptoir, certains habitants clamaient qu’ils voulaient faire « une descente au quartier de la Monnaie »« Leur enquête était bouclée bien avant celle des gendarmes, poursuit-il. Ils disaient : “On va le venger.” Tout ça n’a fait qu’accentuer les propos haineux des gens du village. Pour eux, c’est œil pour œil et dent pour dent. Après, il y a aussi de belles personnes au village, des gens posés, mais on ne s’est pas vus ces derniers jours. »

Illustration 5
À Crépol, des bougies placées devant la salle des fêtes. © KL

En 2022, dans quatre ou cinq villages des alentours, Marine Le Pen est passée devant Emmanuel Macron au second tour. Elle a fait jusqu’à 56 % à Saint-Christophe-et-le-Laris. « Aux prochaines élections, ça va être 70 % par ici. Même sans quartier difficile, il faut se protéger… », ironise Marc.

Dans le centre-ville de Romans-sur-Isère, André*, ancien commerçant retraité, est lui aussi remonté contre les médias. L’émotion affleure. Il est le grand-père d’un des enfants présents à la fête de Crépol. Il ne veut rien dire des faits, ne veut pas qu’on mentionne son nom, ni qu’on parle de son petit-fils. Rien. Il est en colère.

« On a parlé d’une rixe, ce n’est pas une rixe, assène-t-il. Ça a tellement dégénéré, il y a eu tellement de sang partout, c’est horrible. Les enfants sont marqués à vie par les scènes qu’ils ont vues. Il y a toujours eu des bagarres mais quand on en arrive aux couteaux, c’est autre chose. »

André dit qu’il s’est « toujours opposé au Front national », et n’avoir aucun préjugé raciste, mais qu’il ne faut pas « cacher » les choses. « Ça fait monter les extrêmes », soutient-il. Une rumeur, relayée par les réseaux sociaux, voudrait que les autorités aient « caché » les prénoms et les noms des suspects, alors qu’ils ne sont jamais rendus publics à ce stade de l’enquête et des gardes à vue. On aurait ainsi « caché » l’origine maghrébine des suspects. Et c’est désormais le racisme des suspects qu’on voudrait dissimuler.

« Ils [les victimes – ndlr] ont entendu des propos à caractère raciste, poursuit André. On essaye de trouver des excuses à toutC’est pour cette raison que pendant la marche blanche, les ados et les familles ont refusé de parler à la presse. Ils ont mal vécu qu’on parle d’une rixe. »

Il n’en dira pas plus. Pour le moment, les victimes et les familles n’ont pas désigné d’avocat afin de se constituer partie civile.

Nouvelles menaces

Les circonstances précises des faits ne peuvent être clarifiées que par un avocat. Me Bilal Hakkar, qui défend l’un des mis en cause – qui n’est pas le fils de L. –, confirme que « les jeunes sont arrivés assez tôt », en début de soirée, et « qu’ils ont festoyé de la même manière que les autres ».

« Ils viennent sans avoir d’envie de violence, poursuit-il. Progressivement, les uns après les autres, par petits groupes. Et c’est en fin de soirée que survient la bagarre. C’est au moment de la dernière musique, un morceau de Jul, “Tchikita”. Un des participants en aurait invectivé un autre en lui disant : “Tchikita.” Des couteaux ont été sortis et la bagarre a dégénéré à l’extérieur. »

Pour l’avocat, la maire de Romans-sur-Isère doit « rester à la place qui est la sienne »« Si l’instruction détermine un mobile raciste – mais c’est beaucoup trop tôt pour le dire –, ce n’est pas à un maire de demander qu’une circonstance aggravante soit retenue. » Les choses « ne sont pas manichéennes », souligne Me Hakkar, « il y a eu des insultes dans les deux sens ».

« Et ce n’est pas parce que dans le cadre d’une échauffourée on a eu des insultes racistes qui fusent que cela détermine un mobile raciste », juge-t-il encore.

Pour l’avocat, les circonstances du début de la bagarre ne sont pas clarifiées et « une provocation n’est pas exclue »« On ne sait pas non plus qui est l’auteur du coup mortel. Si je regarde le dossier, je ne sais pas. On ne sait pas qui l’a fait, ni si celui qui l’a fait est l’un des mis en examen. » Un des mis en cause a été blessé par un coup de couteau également, confirme l’avocat.

Vendredi, l’inquiétude grandit dans le quartier de la Monnaie, à l’approche de la prière. Car les menaces n’ont pas cessé. Jeudi, L. avait une lettre anonyme dans son courrier.

« Un jour on massacrera tous les bougnoules. Race de merde. On encule Mahomet. »

Il a déposé plainte.

Le double jeu de la mairie

La mosquée a dû mobiliser ses fidèles pour la sécurité de la prière. « La maire a dit au directeur de la mosquée que pour la sécurité, il devait se débrouiller lui-même, explique Rachid, un pilier de la communauté. C’est le séparatisme à l’envers. » Un service d’ordre a été mis en place. Des gilets jaunes ont été distribués aux jeunes du quartier, montrés du doigt depuis quinze jours.

« On n’est pas dans un quartier nord de Marseille, ici, poursuit Rachid. Il y a du petit deal, c’est vrai, mais ce n’est pas une plaque tournante de la drogue, contrairement à ce qui est dit. Ce n’est pas de la délinquance comme on voit à la télé. C’est plus des ados qui veulent se créer une vie. »

Rachid se rappelle que la mosquée du quartier de la Monnaie a déjà été « dynamitée par un groupe d’extrême droite » il y a bien longtemps. Le 2 mai 1982, une bombe avait entièrement détruit l’édifice à quelques semaines de son inauguration par son maire, à l’époque Georges Fillioud, ministre socialiste. Depuis lors, la mosquée s’est installée dans une grande maison bourgeoise, avenue du Maquis. Sa demande de permis pour construire une extension sur les terrains dont elle est propriétaire a été retoquée en août dernier.

« La maire n’a jamais dit : “Vous n’aurez rien de moi”, mais tout est bloqué, poursuit Rachid. Elle a nié en bloc avoir promis quoi que ce soit. C’est là où on a le sentiment qu’elle joue double jeu avec nous. »

C’est la même chose avec le quartier tout entier. Marie-Hélène Thoraval laisse entendre que beaucoup – comprendre beaucoup trop – a été fait. « On ne peut pas dire qu’il n’y a pas eu des moyens mis, a-t-elle exposé. Si vous regardez ce quartier, c’est un petit peu plus de 150 millions d’euros qui ont été injectés depuis 2014. »

« En réalité, dès son arrivée à la mairie, elle a supprimé les subventions à l’éducation populaire, signale Julie Maurel, tête de liste du Collectif pour Romans – citoyenne, écologiste, solidaire – aux dernières municipales.  Une école a été fermée, la maison régie de quartier [une structure d’insertion de 27 emplois – ndlr] a été liquidée… » Dans son calcul des 150 millions injectés, la maire a intégré « les aides sociales que reçoivent les familles du quartier » (CAF et RSA), le coût de la caisse des écoles…

Samedi, au quartier de la Monnaie, les jeunes ont maintenu leur rassemblement prévu place du marché, en dépit de l’annonce de l’interdiction des manifestations par la préfecture. Ils ont accroché des banderoles, des messages pacifistes, pour certaines avec des cœurs, aux grilles des immeubles : « Nous sommes aussi la France »« En cherchant la guerre ici, vous ne trouverez que la paix »« Riposte fraternelle contre le racisme ». Il y a aussi « Justice pour tous »« Tous » est en majuscule, en rouge et souligné.

Mohamed, qui circule parmi la foule, a vu un nouveau message inquiétant sur X (ex-Twitter) : « Les chasseurs disent qu’ils vont aller régler la situation à la Monnaie. Si ça continue, ils pourraient faire une descente avec leurs carabines. » C’est une phrase piochée par le média d’extrême droite Livre Noir dans un reportage du Figaro dans les environs de Crépol.

« On continue à mettre de l’huile sur le feu… », s’inquiète-t-il.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire