Sénégal : des heurts en marge d’une manifestation contre le report de la présidentielle 

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2024/02/04/senegal-l-opposition-se-mobilise-contre-le-report-de-la-presidentielle-des-heurts-eclatent-en-marge-d-une-manifestation_6214716_3213.html

Sénégal : des heurts en marge d’une manifestation contre le report de la présidentielle ; l’ancienne première ministre arrêtée

Alors que plusieurs candidats ont annoncé qu’ils allaient passer outre la décision du président Macky Sall de reporter sine die le scrutin, des violences ont éclaté à Dakar dimanche.

Le Monde avec AFP

Publié hier

Les gendarmes sénégalais ont dispersé à l’aide de gaz lacrymogène, dimanche 4 février, à Dakar, des centaines de personnes venues manifester contre le report de la présidentielle, avant d’essuyer des jets de pierre, ont constaté les journalistes de l’Agence France-Presse (AFP). Ces heurts sont consécutifs à l’annonce, samedi, par le président Macky Sall, du report de la présidentielle prévue le 25 février.

A la suite de cette décision sans précédent, qui a suscité un tollé, l’opposition avait appelé à manifester dans la capitale sénégalaise dimanche et à maintenir la campagne électorale comme prévu. Des hommes et des femmes de tous âges, agitant des drapeaux du Sénégal ou portant le maillot de l’équipe nationale de football, ont convergé en début d’après-midi vers un rond-point sur l’un des axes routiers principaux de la capitale, à l’appel de plusieurs candidats.

Tir nourri de gaz lacrymogènes

Les gendarmes, déployés en grand nombre, ont déclenché un tir nourri de gaz lacrymogènes pour les disperser. Puis ils se sont enfoncés à pied ou en pick-up dans les quartiers adjacents à la poursuite des manifestants en fuite. Ils ont alors essuyé de nombreux jets de pierre.

Les autorités ont suspendu le signal de la télévision privée Walf TV, coupable selon elles d’« incitation à la violence » à travers ses images des protestations. Le groupe Walf a annoncé sur les réseaux sociaux un « retrait définitif de sa licence par l’Etat ».

Tout le pays appelé à « se lever » contre le report du scrutin

Après la décision de Macky Sall, l’opposition a immédiatement décidé de se mobiliser. « Nous rejetons systématiquement le décret [reportant la présidentielle]. Nous donnons rendez-vous ce dimanche à tous les Sénégalais pour une marche » à Dakar, a déclaré samedi Cheikh Tidiane Youm, un porte-parole du camp de l’opposition sur la radio privée RFM.

L’opposant sénégalais Khalifa Sall, un des principaux candidats à la présidentielle, a appelé lui aussi tout le pays à « se lever » contre le report du scrutin.

L’ex-première ministre Aminata Touré a, quant à elle, fustigé sur les réseaux sociaux une « régression démocratique sans précédent » et appelé « les démocrates et les citoyens [à] se mobiliser pour défendre [les] acquis démocratiques ». Celle qui avait été nommée à la tête du gouvernement par le président Macky Sall avant de passer à l’opposition a été arrêtée à Dakar par la gendarmerie alors qu’elle participait à la manifestation pour protester contre le report du scrutin, a annoncé à l’AFP le député d’opposition Guy Marius Sagna.

« Régression démocratique »

La décision de reporter l’élection présidentielle dans un contexte de grave crise politique par le président élu en 2012 et réélu en 2019 a aussi provoqué l’inquiétude à l’étranger. Elle plonge à nouveau dans l’inconnu ce pays considéré comme un îlot de stabilité en Afrique, mais qui a connu depuis 2021 plusieurs épisodes de troubles meurtriers.

La France s’est exprimée dimanche sur ce report du scrutin dans un communiqué du ministère des affaires étrangères : « Nous appelons les autorités à lever les incertitudes autour du calendrier électoral pour que les élections puissent se tenir dans le meilleur délai possible et dans le respect des règles de la démocratie sénégalaise. »

Cela ouvre une « période d’incertitude », a déclaré dimanche la porte-parole du service diplomatique de l’Union européenne, Nabila Massrali, appelant à la tenue d’élections « dans les meilleurs délais ». « L’Union européenne (…) appelle tous les acteurs à œuvrer, dans un climat apaisé, à la tenue d’une élection transparente, inclusive et crédible, dans les meilleurs délais et dans le respect de l’Etat de droit, afin de préserver la longue tradition de stabilité et de démocratie au Sénégal », a-t-elle ajouté dans un communiqué.

Les Etats-Unis se sont dits « profondément préoccupés » par l’annonce du président Sall, a fait savoir le département d’Etat sur le réseau social X, samedi. « Nous exhortons tous les participants au processus électoral sénégalais à s’engager pacifiquement dans l’effort important visant à fixer rapidement une nouvelle date et les conditions d’une élection libre et équitable », a-t-il déclaré.

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a également exprimé son « inquiétude » et demandé dans un communiqué aux autorités d’œuvrer à fixer rapidement une nouvelle date.

Une première depuis 1963

Samedi, quelques heures avant l’ouverture officielle de la campagne, le président Sall a annoncé l’abrogation du décret fixant la présidentielle au 25 février.

C’est la première fois depuis 1963 qu’une présidentielle au suffrage universel direct est reportée au Sénégal. Nombre de réactions ont souligné la pratique de la démocratie et de l’alternance. Le Sénégal n’a jamais connu de coup d’Etat ; une rareté sur le continent, alors qu’ils se sont succédé ces dernières années en Afrique de l’Ouest.

A l’initiative de Karim Wade, un candidat recalé qui a remis en cause l’intégrité de deux juges constitutionnels et réclamé le report de l’élection, l’Assemblée a approuvé la création d’une commission d’enquête sur les conditions de validation des candidatures.

Contre toute attente, les députés du camp présidentiel ont soutenu la démarche. Elle a provoqué une vive querelle sur la séparation des pouvoirs, mais aussi nourri le soupçon d’un plan du pouvoir pour ajourner la présidentielle et éviter la défaite. Le candidat du camp présidentiel, l’actuel premier ministre, Amadou Ba, est contesté dans ses propres rangs et fait face à des dissidents.

Bassirou Diomaye Faye, un postulant crédible à la victoire

Au contraire, le candidat antisystème Bassirou Diomaye Faye, autorisé à se présenter par le Conseil constitutionnel bien qu’emprisonné depuis 2023, s’est imposé ces dernières semaines comme un postulant crédible à la victoire, un scénario cauchemardesque pour le camp présidentiel.

Selon le code électoral, un décret fixant la date d’une nouvelle présidentielle doit être publié au plus tard quatre-vingts jours avant le scrutin, ce qui mènerait à la fin d’avril dans le meilleur des cas, un cas de figure quasi impossible.

Le président Sall risque ainsi d’être encore à son poste au-delà de l’échéance de son mandat, le 2 avril.

Le Monde avec AFP

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire