En direct, Nouvelle-Calédonie : l’Australie juge la situation en Nouvelle-Calédonie « vraiment préoccupante »

A woman offers bananas to security officials next to armored vehicles of the French Gendarmerie clearing the roadway from a burnt-out car and other branches and debris used by independantists to filter traffic, at La Pirogue pass in the commune of Paita, France's Pacific territory of New Caledonia on May 19, 2024. French forces smashed through about 60 road blocks to clear the way from conflict-stricken New Caledonia's capital to the airport but have still not reopened the route, a top government official said on May 19, 2024. (Photo by Delphine Mayeur / AFP)

https://www.lemonde.fr/politique/live/2024/05/20/en-direct-nouvelle-caledonie-l-australie-juge-la-situation-en-nouvelle-caledonie-vraiment-preoccupante_6233400_823448.html

En direct, Nouvelle-Calédonie : l’Australie juge la situation en Nouvelle-Calédonie « vraiment préoccupante »

Canberra a recensé 300 Australiens désireux de quitter la Nouvelle-Calédonie, où tous les vols sont suspendus depuis mardi. L’Australie, de même que la Nouvelle-Zélande, a demandé durant le week-end à pouvoir poser des avions afin de rapatrier ses concitoyens.

Tout le live

08:06

Un député loyaliste réclame « une mise sous tutelle » du territoire

« Nous sommes ruinés, nous n’existons plus. » Ainsi s’est exprimé, dimanche 19 mai, le député calédonien (Renaissance) Nicolas Metzdorf, rapporteur du projet de loi constitutionnelle sur le dégel du corps électoral adopté par l’Assemblée nationale le 15 mai. Dans l’après-midi, le parlementaire participait à un échange en direct organisé sur le réseau social X par MacronardsFM. Ce média Web se présente comme « la radio du parler vrai » et s’attaque autant au Rassemblement national qu’à La France insoumise dans ses expressions.

Au cours de la séquence, à laquelle ont assisté une petite centaine de personnes, le député, figure des loyalistes à Nouméa, a dénoncé « les émeutiers aux cris racistes » qui pillent la ville et appelé le président Macron à ne pas suspendre sa réforme constitutionnelle sur le dégel du corps électoral. « Si le président de la République retire son texte du Congrès de Versailles, je ne sais pas quoi dire aux gens. La France se couche. Le retrait serait une défaite politique, morale, de la République française. » Selon lui, « pour les indépendantistes ce ne sera jamais assez ». Le député a assuré que la solution à présent est « une mise sous tutelle » du territoire. « Il faut qu’on devienne un département pendant deux ou trois ans. »

Décrivant la situation catastrophique de l’agglomération de Nouméa, où d’innombrables commerces et entreprises ont brûlé, Nicolas Metzdorf accuse les services de l’Etat de ne pas avoir anticipé l’explosion de violences du 13 mai. « On avait prévu des manifestations, des heurts, mais personne n’a prévu que cela se termine en guérilla urbaine. Il y a eu une défaillance du renseignement français, clairement. Il y a un séparatisme, alimenté par des puissances étrangères, qu’on n’a pas assez identifié. Et prévoir, à l’autre bout du monde, demande des moyens, or la France est devenue une puissance moyenne. »

Le parlementaire a aussi commenté la demande de Marine Le Pen d’un référendum sur l’autodétermination qui permette aux Kanak de se projeter dans l’avenir. « C’est très surprenant. Elle est considérée ici comme un rempart, et elle casse le rempart. Les gens se sentent totalement lâchés, je reçois des centaines de messages. Ils me disent qu’ils se battent pour la France, qu’ils sont lâchés, et beaucoup font la comparaison avec les pieds-noirs » d’Algérie.

Nathalie Guibert

07:45 En photos 📷
Barricades sur une route de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, le 20 mai 2024.
07:30

L’avion transportant les corps des deux gendarmes tués est arrivé à Istres ; une cérémonie présidée par Gérald Darmanin est en cours

Un hommage est rendu aux deux gendarmes en présence du ministre de l’intérieur et des outre-mer, Gérald Darmanin, et de Marie Guévenoux, ministre déléguée chargée des outre-mer, et des familles.

Agé de 22 ans, un premier militaire, de l’escadron de gendarmerie mobile de Melun, est mort mercredi, victime d’un tir en pleine tête. Un second a été tué jeudi matin par le tir accidentel de l’un de ses collègues. Ils viennent d’être décorés par les deux ministres de la médaille d’or de la sécurité intérieure.

03:59

La Chambre de commerce de Nouvelle-Calédonie appelle à « préserver le peu qu’il reste » de l’économie

La Chambre de commerce et d’industrie de Nouvelle-Calédonie a lancé un cri d’alarme, lundi, après une semaine d’émeutes qui ont provoqué des dégâts parfois irrémédiables pour les entreprises.

« Les conséquences économiques et sociales de ces émeutes sont déjà catastrophiques, il faut absolument préserver le peu qu’il reste de notre économie », a appelé dans un communiqué la CCI. Celle-ci avait estimé jeudi les dégâts à 200 millions d’euros. Elle n’a pas fourni de nouvelle estimation quatre jours plus tard, mais les dommages n’ont fait que s’aggraver.

Lire aussi |

En Nouvelle-Calédonie, l’économie affronte un cataclysme

Publié le 16 mai 2024 à 21h09 Temps de Lecture 4 min.

« Alors qu’à ce jour plus de 150 entreprises ont été pillées et incendiées, laissant plus de 1 000 employés sans travail, la zone industrielle de Ducos, véritable poumon économique de la Nouvelle-Calédonie, est abandonnée à son sort », a déploré cet organisme qui défend les intérêts des entreprises. « Il est impératif de sécuriser immédiatement cette zone afin de sauver les entreprises encore debout », a-t-il ajouté.

La CCI a dit redouter, « dans un avenir proche, une augmentation de notre dépendance encore plus forte aux importations ». L’économie de la Nouvelle-Calédonie, territoire français depuis 1853, est fortement dépendante des exportations de nickel, dont l’archipel détient 20 à 30 % des ressources mondiales, et des subsides de l’Etat central.

02:48 Urgent

Avec 76 barrages « neutralisés » par les forces de l’ordre, l’opération est un « succès », estime le représentant de l’Etat

Dans son point de lundi matin, le haut-commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie tire un premier bilan de l’opération de la gendarmerie visant à reprendre le contrôle de la route reliant Nouméa à l’aéroport. Louis Le Franc rappelle dans ce communiqué avoir « coordonné (…) une opération visant à reprendre totalement la maîtrise de l’axe principal reliant Nouméa à l’aéroport international de La Tontouta ».

« Cette opération est un succès avec soixante-seize barrages neutralisés grâce à la mobilisation des forces de sécurité intérieure, des entreprises privées et aux moyens matériels déployés sur le terrain », a-t-il expliqué. « Ces moyens seront maintenus dans les prochains jours, pour assurer le retrait des carcasses de véhicules sur les voies (…) dans les deux sens de circulation », a ajouté M. Le Franc.

Lors d’un point presse dimanche soir, le représentant de l’Etat avait annoncé qu’« une soixantaine de barrages ont été disloqués », ajoutant que les forces de l’ordre allaient « tenir » les lieux de ces barrages « pour éviter qu’ils ne soient reconstitués ».

02:32

Près de 240 personnes interpellées depuis le début des émeutes, selon le Haut-Commissariat de la République

Dans son point de situation lundi matin, le Haut-Commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie, annonce que « 240 émeutiers ont été interpellés » depuis le début des violences dans l’archipel.

« La nuit a été marquée par un incendie notable et des actions de pillage », précise le communiqué qui considère cependant que la nuit a été « globalement plus calme que les précédentes ».

Des images de la chaîne Nouvelle-Calédonie la 1ère montre un bâtiment de l’entreprise de construction Dumez calciné, dans le quartier d’Auteuil, à Dumbéa, où se sont déroulées des échauffourées dans la nuit de dimanche à lundi.

Des bruits de grenades de désencerclement, utilisées par les forces de l’ordre pour disperser les émeutiers, ainsi que des cris évoquant des affrontements ont été entendus pendant la nuit dans ce quartier de Dumbéa, dans l’agglomération de Nouméa, selon un correspondant de l’AFP.

Et dans la « capitale » calédonienne, des détonations importantes ont résonné dans les quartiers de Magenta et Tuband, selon une autre journaliste de l’AFP.

D’autres images de Nouvelle-Calédonie la 1ère montre des pompiers tentant d’éteindre un incendie lundi matin dans une station-service Shell à Tina-sur-Mer.

Des unités d’élite de la police et de la gendarmerie avaient été annoncées dans des zones considérées par les autorités comme des « points durs », dans les villes de Nouméa, Dumbéa et Païta notamment.

02:07

L’Australie juge la situation en Nouvelle-Calédonie « vraiment préoccupante »

Le premier ministre australien, Anthony Albanese, a estimé lundi que la situation en Nouvelle-Calédonie était « vraiment préoccupante ». Son pays essaie de rapatrier ses ressortissants coincés dans l’archipel français en raison d’une semaine d’émeutes.

Il a précisé que Canberra avait recensé 300 Australiens désireux de quitter la Nouvelle-Calédonie, où tous les vols sont suspendus depuis mardi.

L’Australie, de même que la Nouvelle-Zélande, a demandé durant le week-end à pouvoir poser des avions afin de rapatrier ses concitoyens.

« L’armée de l’air australienne est assurément prête à décoller (…). La situation sur place empêche pour le moment les vols, mais nous continuons à demander des autorisations », a insisté M. Albanese.

Interrogés par l’AFP dimanche, deux touristes australiens, Maxwell et Tiffany Winchester, ont dit être bloqués depuis mardi, le jour où ils étaient censés décoller, dans un complexe hôtelier à mi-chemin entre Nouméa et son aéroport.

« Nous sommes sur le point d’être à court de nourriture », a expliqué M. Winchester, et « le personnel de l’hôtel se tourne tout simplement vers le marché noir pour obtenir quelque chose ».

Il a décrit des routes bloquées par de multiples barrages, empêchant le ravitaillement, et des nuits agitées par des incendies et le bruit d’affrontements.

22:05

Nouveau conseil de défense autour d’Emmanuel Macron, lundi à 18 h 30

Emmanuel Macron a convoqué un nouveau conseil de défense et de sécurité nationale lundi à 18h30 « sur le suivi de la situation en Nouvelle-Calédonie » où les émeutes ont fait six morts en six jours, a annoncé l’Elysée dimanche soir.

Le chef de l’Etat avait déjà présidé un conseil de défense mercredi consacré au territoire ultramarin, pour décider d’y instaurer l’état d’urgence, puis un deuxième jeudi à l’issue duquel son Premier ministre Gabriel Attal avait annoncé l’envoi de renforts de police et de gendarmerie.

20:47

Les dépouilles des deux gendarmes tués en Nouvelle-Calédonie ramenés lundi dans l’Hexagone

Le ministère de l’intérieur a annoncé dimanche soir que Gérald Darmanin se rendrait lundi matin à Istres (Bouches-du-Rhône), pour accueillir les dépouilles des deux gendarmes tués cette semaine en Nouvelle-Calédonie. Il sera accompagné de la ministre déléguée aux Outre-mer, Marie Guévenoux.

20:13 L’essentiel

Le point sur la situation à 20 heures

  • Il est 5 heures du matin à Nouméa et le jour va se lever au lendemain d’une opération d’ampleur menée par les forces de l’ordre, dimanche, avec pour objectif de « reprendre le contrôle » de la route reliant l’aéroport international de La Tontouta à la ville de Nouméa. Si les gendarmes, environ 600 mobilisés, avaient retrouvé la maîtrise de l’ensemble de l’axe, plusieurs entreprises s’affairaient encore à déblayer les barrages encore érigés – une quarantaine sur les soixante recensés par les autorités.
  • Le haut-commissaire de l’Etat en Nouvelle-Calédonie, Louis Le Franc, a déclaré lors d’un bilan de l’opération à la presse que les forces de l’ordre, grâce aux renforts venus de l’Hexagone, allaient poursuivre leur mission de « rétablissement de l’ordre » dans l’agglomération de Nouméa dans les prochaines heures et les prochains jours. « On va y arriver. On aura le dernier mot. Je m’y engage auprès de vous tous », a-t-il dit à l’attention des habitants.
  • Les autorités ont aussi annoncé déployer des forces de l’ordre pour escorter des convois logistiques qui permettront de réapprovisionner les commerces bloqués par les barrages ces derniers jours. Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, a fait état de « la réouverture de vingt commerces alimentaires ». Par ailleurs, une centaine de conteneurs chargés de denrées alimentaires et de médicaments sont arrivés au port autonome de Nouméa
  • Dans le même temps, les réactions politiques ont continué ce week-end : quatre présidents de régions (Guadeloupe, Martinique, Guyane et La Réunion) ont signé, avec une vingtaine de parlementaires ultramarins, une tribune, publiée par le média public Outre-mer La 1ère, demandant le retrait du texte sur le corps électoral. L’exécutif n’a pas, à ce stade, commenté la suite du calendrier : l’objectif affiché par Emmanuel Macron d’une convocation du Congrès pour adopter la révision constitutionnelle reste fixé d’ici à la fin du mois de juin ; par ailleurs, l’état d’urgence, en vigueur dans l’archipel, devra faire l’objet d’un texte voté par le Parlement dès le 27 mai.
18:00 En photos 📷

Des véhicules de la gendarmerie sur la route RT1 à Paita, Nouvelle-Calédonie, le 19 mai 2024.
16:57 En photos 📷

Les habitants du quartier Portes-de-Fer ont installé un barrage sur la route, à Nouméa, Nouvelle-Calédonie, le 19 mai 2024.
14:31

Quatre présidents de régions d’outre-mer demandent le « retrait immédiat » de la réforme

Les présidents des régions Guadeloupe, Martinique, Guyane et La Réunion ont demandé dimanche le « retrait immédiat » de la réforme du corps électoral en Nouvelle-Calédonie.

« Seule la réponse politique mettra fin à la montée des violences et empêchera la guerre civile. Nous, élus des outre-mer, demandons solennellement au gouvernement le retrait immédiat du projet de loi de réforme constitutionnelle visant à changer le corps électoral pour les élections en Nouvelle-Calédonie-Kanaky, comme préalable à la reprise d’un dialogue apaisé », écrivent les signataires de cette tribune publiée par le portail média public Outre-mer La 1ère.

Le texte est signé par la présidente du conseil régional de La Réunion, Huguette Bello (gauche), qui en est l’une des initiatrices, ainsi que par ses homologues de Guadeloupe Ary Chalus (majorité présidentielle) ; de Martinique, Serge Letchimy (gauche) et de Guyane, Gabriel Serville (gauche).

Il est aussi paraphé par près d’une vingtaine de parlementaires représentant ces territoires ultramarins, mais aussi la Polynésie française, Saint-Martin et Saint-Barthélemy.

Selon les signataires, « la réponse sécuritaire qui consiste à mettre en place des mesures exceptionnelles – interdictions de circulation, assignations à résidence, perquisitions, ainsi que l’envoi de policiers et gendarmes supplémentaires – n’apporte pas de solution ».

« Ces réponses répressives risquent d’engendrer une spirale de violence et de compromettre le retour au calme attendu », craignent-ils.

14:24

L’homme mort à Kaala-Gomen samedi avait tiré sur les manifestants, selon le parquet de Nouméa

Après la mort, samedi, d’un homme à proximité d’un barrage à Kaala-Gomen, le procureur de la République, Yves Dupas, a confirmé à plusieurs médias de Nouvelle-Calédonie qu’il s’agissait d’un père de famille qui avait tiré sur les manifestants avant d’être mortellement touché lors d’un échange de tirs.

Selon les premiers éléments de l’enquête, l’homme, âgé de 51 ans, serait arrivé peu avant 14 heures (5 heures, heure de Paris) au volant de son véhicule « à vive allure » en direction d’« un barrage tenu par des manifestants indépendantistes ».

« Le véhicule est alors l’objet d’un jet de pierre qui brise une vitre. Très en colère par rapport à ce caillassage, le conducteur rejoint son domicile pour s’emparer de deux fusils », détaille le procureur dans un communiqué. De retour sur le barrage, « il ouvre le feu à plusieurs reprises en direction des manifestants ». Des coups de feu sont tirés en échange et l’homme est touché « par un projectile au niveau du flanc gauche, provoquant son décès », précise le parquet de Nouméa.

Son fils de 17 ans, présent au moment des faits, a également été blessé par balle ainsi qu’une autre personne, mais leur pronostic vital n’est pas engagé, selon le parquet, qui précise qu’une autopsie a été ordonnée et qu’une enquête a été ouverte pour meurtre et tentative de meurtre.

13:45 Pour approfondir

La « CCAT », organisation indépendantiste au cœur de la mobilisation et de toutes les critiques

Des membres de la cellule de Coordination des actions de terrain (CCAT), mise en cause par le gouvernement dans les émeutes, font désormais l’objet d’une enquête. Cet organe, créé en novembre 2023, a porté la mobilisation contre le dégel du corps électoral de l’archipel depuis plusieurs mois. Il fait aujourd’hui l’objet de virulentes critiques mais reste méconnu.

Lire aussi |

Nouvelle-Calédonie : la « CCAT », organisation indépendantiste au cœur de la mobilisation et de toutes les critiques

Publié hier à 13h30 Temps de Lecture 6 min.

13:35

« Les consignes de fermeté sont passées », affirme Gérald Darmanin

« Grâce aux sept cents [membres des] forces de l’ordre supplémentaires arrivées et aux trois cent cinquante qui arriveront aujourd’hui, dont de nombreux militaires du GIGN et policiers du RAID, les opérations vont se multiplier dans les prochaines heures [pour dégager l’axe routier entre Nouméa et l’aéroport] », a annoncé Gérald Darmanin sur X.

« Nous savons qu’il y a encore beaucoup de barrages à lever pour imposer l’ordre républicain : les consignes de fermeté sont passées », écrit le ministre de l’intérieur et des outre-mer, faisant état de « plus de deux cents interpellations et la réouverture de vingt commerces alimentaires ».

13:25

Valérie Hayer accuse l’extrême droite de « mettre de l’huile sur le feu » concernant la situation en Nouvelle-Calédonie

La tête de liste du camp présidentiel aux élections européennes, Valérie Hayer, s’est dite « profondément choquée par les attitudes de l’opposition et notamment de l’extrême droite en réaction à ce qu’il se passe en Nouvelle-Calédonie » dans l’émission « Dimanche en politique » sur France 3.

Appelant au « calme » et à l’« ordre », l’eurodéputée a accusé l’extrême droite de « souffler sur les braises », et a dénoncé une volonté de la leader du Rassemblement national, Marine Le Pen, de « mettre de l’huile sur le feu » en demandant d’organiser un référendum en Nouvelle-Calédonie, alors que, « pendant quarante ans, elle a dit “on n’écoute pas les indépendantistes, on ne va pas organiser de référendum” ».

12:41 En photos 📷
Un convoi de véhicules blindés de la gendarmerie à Païta, Nouvelle-Calédonie, le 19 mai 2024.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire