Grève à Radio France : 90% d’antenne coupée dimanche sur Inter

Grève à Radio France : 90% d’antenne coupée dimanche sur Inter, les salariés préparent la suite du mouvement

Après la suspension disciplinaire de Guillaume Meurice, menacé de licenciement, les journalistes, les producteurs et les techniciens de Radio France de l’équipe du dimanche se sont mis en grève pour obtenir sa réintégration, le respect de la liberté d’expression et la fin du projet de fusion de Radio France avec France TV.

13 mai

Crédits Photos : Capture d’écran France Inter

C’est le retour de la playlist musicale sur les antennes de Radio France. Comme à chaque grève sur les antennes de la radio publique. Dimanche 12 mai, sur France Inter, la diffusion des programmes a été perturbée toute la journée par le débrayage des techniciens, journalistes et producteurs. Entre deux chansons, un message enregistré annonçait aux auditeurs la grève du personnel de Radio France pour « la défense de la liberté d’expression ».

Sur France Culture et France Info également, dans une moindre mesure, la diffusion habituelle des programmes dominicaux a été perturbée. Mais c’est à France Inter que le mouvement a été le plus suivi, avec la plupart des émissions annulées et quasiment aucune information de la rédaction de la radio. Et pour cause, l’équipe du dimanche de la première radio de France s’est fortement mobilisée : une large majorité des journalistes était en grève.

Censure de Guillaume Meurice

Le Grand dimanche soir, le rendez-vous de Charline Vanhoenacker de 18 heures à 20 heures n’a pas eu lieu. C’est de là qu’est partie la fronde. Depuis la suspension en vue d’une éventuelle sanction disciplinaire pouvant aller jusqu’au licenciement de Guillaume Meurice. Décision directement prise par la Présidente – Directrice Générale (PDG) de Radio France Sibyle Veil, après que l’humoriste a réitéré à l’antenne sa blague sur le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, qu’il avait comparé à une « sorte de nazi mais sans prépuce ». Trait d’humour à propos du boucher de Gaza, déjà prononcé par Guillaume Meurice sur France Inter, le 29 octobre 2023, qui lui a valu un dépôt de plainte pour incitation à la haine raciale. La plainte a été classée sans suite, le 22 avril 2024, par le parquet de Nanterre. Mais malgré cette décision de justice, la direction de Radio France veut le faire taire et mettre au pas la turbulente émission de Charline Vanhoenacker.

Sibyle Veil s’en est expliqué, mardi 7 mai, lors d’une réunion avec la rédaction de France Inter pour désamorcer la crise. Elle a justifié sa décision en évoquant la mise en garde adressée à Radio France par l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom) concernant cette chronique. Mais la PDG de Radio France n’a pas convaincu les équipes d’Inter. Ses affinités politiques sont de notoriété publique, et on la dit en interne très sensible aux pressions extérieures. Ancienne camarade de promotion de l’ENA d’Emmanuel Macron, elle a aussi conseillé Nicolas Sarkozy à l’Elysée, après avoir participé à sa campagne dès 2005, en rédigeant des notes pour le candidat. L’ancien président de la République lui aurait d’ailleurs donné quelques conseils, d’après Le Point : « vous auriez dû licencier Meurice en octobre ».

La Société des Producteurices de France Inter (SDPI – qui représente les émissions) et la Société des Journalistes de France Inter (SDJ – représentante de la rédaction) ont clairement exprimé leur solidarité avec Guillaume Meurice dès le 3 mai : « La SDPI et la SDJ de France Inter voient dans cette décision un signe très inquiétant pour la liberté d’expression, valeur que défend Radio France. Nous demandons le maintien à l’antenne de Guillaume Meurice, sans délai ».

Une grève contre la fusion avec France Télévisions

La grève de dimanche pourrait être un premier coup de semonce pour la direction de Radio France. Car les salariés des chaînes de la radio publique sont appelés à la grève les 23 et 24 mai prochain par une intersyndicale rassemblant la CFDT, la CGT, FO, le SNJ, SUD et l’UNSA contre « toutes formes de fusion » entre les groupes de l’audiovisuel public. Une première Assemblée Générale réunit le personnel de Radio France ce mardi 14 mai à la mi-journée.

La ministre de la Culture Rachida Dati, ancienne ministre de la Justice de Nicolas Sarkozy, a relancé le projet de fusion de Radio France et de France Télévisions, ainsi que de l’INA. Le texte de loi doit être examiné dès le mois de mai à l’Assemblée nationale, même s’il se murmure que les dates ne sont pas gravées dans le marbre et que l’examen pourrait être repoussé après les élections européennes. Cette réforme ne vise, ni plus ni moins, qu’à la reconstitution de l’ORTF sous le sigle « France Médias » : une holding devrait chapeauter les différentes entreprises au 1er janvier 2025, avant une fusion au 1er janvier 2026.

Voilà qui fait craindre à Radio France une baisse des moyens de la radio publique et un plan de licenciement dans le cadre de la restructuration des différents groupes au sein d’une même entité : « Il est question de reprendre le texte adopté l’année dernière par les sénateurs, qui vise à créer une holding regroupant tous les acteurs de l’audiovisuel public, avec partage des financements entre les sociétés et nomination du nouveau patron par l’Elysée […] ce projet qui, à terme, va aboutir à la disparition de la radio de service public, de ses financements et, au final, de ses emplois », écrivent les syndicats.

Déjà, le réseau de radios locales France Bleu avance à marche forcée vers une intégration dans France 3. Une telle fusion à l’échelle des deux groupes présage aussi d’une reprise en main éditoriale par l’Etat que redoutent les salariés de Radio France.

Une purge à Inter pour la rentrée 2024

Dans ce contexte, les 23 et 24 mai, la colère pourrait être alimentée à France Inter par les décisions de la direction de la chaîne concernant la grille de rentrée 2024. « Le Grand dimanche soir » verrait son budget amputé d’un tiers, avec la disparition des sketchs collectifs au prétexte de leur coût trop élevé.

L’émission La Terre au Carré sur l’environnement et l’écologie de Mathieu Vidard, producteur historique de la station, doit également disparaître au profit d’une version aseptisée, sans prise de parole critique des auditeurs via le « répondeur » de l’émission et sans la chronique de Camille Crosnier jugée trop politique par la direction.

L’intégralité des reportages dans les émissions sont supprimés, comme Le reportage Grand Format de Giv Anquetil et Le jour où d’Anaëlle Verzaux, dans La Terre au Carré, mais aussi Des vies françaises de Charlotte Perry. Est également concerné par ces coupes C’est bientôt demain, d’Antoine Chao, rendez-vous consacré aux mobilisations et aux luttes. Une véritable purge des héritiers de Daniel Mermet et de son émission Là-bas si j’y suis sur Inter et des derniers bastions à l’antenne des sensibilités de gauche.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire