Le procureur de la Cour pénale internationale réclame des mandats d’arrêt contre Benyamin Nétanyahou et trois leaders du Hamas pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité

FILE PHOTO: Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu attends a wreath-laying ceremony marking Holocaust Remembrance Day in the Hall of Remembrance at Yad Vashem, the World Holocaust Remembrance Centre, in Jerusalem, May 6, 2024. REUTERS/Amir Cohen/Pool/File Photo

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/05/20/le-procureur-de-la-cour-penale-internationale-requiert-l-emission-d-un-mandat-d-arret-contre-benyamin-netanyahou-pour-crimes-de-guerre-et-crimes-contre-l-humanite_6234429_3210.html

Le premier ministre et le ministre de la défense d’Israël, Yoav Gallant, sont dans le viseur de la CPI, de même qu’Ismaïl Haniyeh, Mohammed Deif et Yahya Sinouar, a annoncé Karim Khan, son procureur général.

Le Monde avec AFP

Publié aujourd’hui à 13h38, modifié à 17h10

« Sur la base des éléments de preuve recueillis et examinés par mon bureau, j’ai des motifs raisonnables de croire que Benyamin Nétanyahou, le premier ministre d’Israël, et Yoav Gallant, le ministre de la défense d’Israël, portent la responsabilité pénale de crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis sur le territoire de l’Etat de Palestine (dans la bande de Gaza) à partir du 8 octobre 2023 au moins », a déclaré dans un communiqué le procureur de la CPI, qui siège à La Haye.

Yahya Sinouar visé par la requête

Trois dirigeants du Hamas sont également concernés par la requête : Ismaïl Haniyeh (chef du bureau politique du Hamas), Mohammed Diab Ibrahim Al-Masri, plus connu sous le nom de Mohammed Deif, commandant des Brigades Ezzedine Al-Qassam, la branche armée du Hamas, et Yahya Sinouar (chef du Hamas dans la bande de Gaza). Le procureur de la CPI estime qu’ils « portent la responsabilité pénale des crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis sur le territoire d’Israël et de l’Etat de Palestine (dans la bande de Gaza) à compter du 7 octobre 2023 », date de l’attaque du Hamas contre Israël.

Les accusations portées contre les dirigeants de l’organisation palestinienne incluent « l’extermination », « le viol et d’autres formes de violence sexuelle », « la prise d’otages en tant que crime de guerre » et « le fait de diriger intentionnellement des attaques contre la population civile en tant que crime de guerre ». Les faits reprochés ont présumément été commis sur le territoire palestinien et en Israël.

Le Hamas et Israël dénoncent la décision

Le ministre des affaires étrangères israélien, Israel Katz, a dénoncé une « décision scandaleuse » et un « un déshonneur historique ». Réclamer des mandats contre « le premier ministre et le ministre de la défense de l’Etat d’Israël aux côtés des abominables monstres nazis du Hamas », des « assassins et violeurs du Hamas » qui « sont en train de commettre des crimes contre l’humanité contre nos frères et sœurs » est une « attaque frontale » et « une honte historique qui restera à jamais gravée dans les mémoires », estime le ministre dans un communiqué.

Le président israélien, Isaac Herzog, s’indigne dans un communiqué de la « démarche unilatérale » du procureur Karim Khan, jugeant qu’elle « constitue une mesure politique qui encourage les terroristes dans le monde entier ». Benny Gantz, membre du cabinet de guerre, a pour sa part fustigé « un crime historique ». « L’Etat d’Israël s’est lancé dans la guerre la plus juste, après un massacre perpétré par une organisation terroriste contre ses citoyens. L’Etat d’Israël combat de la manière la plus morale de l’histoire, tout en adhérant au droit international, et dispose d’un système judiciaire indépendant et fort. Placer les dirigeants d’un pays qui se bat pour protéger ses citoyens sur le même plan que des terroristes assoiffés de sang est un aveuglement moral », a-t-il réagi sur X.

Le Hamas dénonce « les tentatives du procureur de la Cour pénale internationale d’assimiler la victime au bourreau en émettant des mandats d’arrêt contre un certain nombre de dirigeants de la résistance palestinienne », selon le communiqué du groupe islamiste palestinien.

La gauche française se félicite de l’annonce de la CPI

« Israël/Palestine. Le 7 octobre [2023], les insoumis ont demandé la punition de TOUS les crimes de guerre. La Cour pénale internationale lance un mandat d’arrêt contre ceux qu’elle accuse d’en être les auteurs sur la base de son enquête », a réagi, lundi sur X, Jean-Luc Mélenchon, le leader de La France insoumise (LFI).

« Nous serons entièrement satisfaits quand le génocide s’arrêtera. La France doit appliquer la promesse du ministre [des armées, Sébastien] Lecornu[,] et poursuivre les Français qui participent au génocide », a-t-il ajouté en référence aux binationaux franco-israéliens qui servent dans l’armée israélienne.

Même approche pour Fabien Roussel, le chef des communistes : « Crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Voilà les mots de la Cour pénale internationale qui émet un mandat d’arrêt contre Benyamin Nétanyahou », a-t-il dit également sur X.

« Demande historique du procureur de la CPI visant à obtenir des mandats d’arrêt contre [Benyamin] Nétanyahou, son ministre de la défense et trois dirigeants du Hamas, pour crimes de guerre et crime contre l’humanité. Le droit international par-dessus tout », a déclaré, de son côté, le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, englobant dans sa réaction Israël et le Hamas.

« Mandat d’arrêt de la CPI, seule manière d’arrêter le massacre à Gaza », a estimé la députée écologiste Sandrine Rousseau.

Le Monde avec AFP

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire