Selon l’ONU, 1 million de Palestinien·nes avaient trouvé refuge à Rafah

8 h 
Depuis le 6 mai, l’armée israélienne a sommé les habitant·es de plusieurs quartiers est de Rafah de partir, avant d’y entamer des bombardements et “opérations ciblées” au sol.
Les ordres d’évacuation ont poussé les Palestinien·nes à se réfugier principalement dans des zones présentées comme “sûres” par Israël, dans le centre de la bande de Gaza et à Khan Younes.
Une déclaration réfutée par le chef de l’UNRWA, l’agence de l’ONU pour les réfugié·es palestinien·nes. Selon Philippe Lazzarini, “l’affirmation selon laquelle les habitants de Gaza peuvent se rendre dans des zones ‘sûres’ ou ‘humanitaires’ est fausse. […] Il n’y a pas de zones sûres à Gaza”.
“Les zones vers lesquelles les gens fuient aujourd’hui ne disposent pas d’un approvisionnement en eau potable ni d’installations sanitaires”, ajoute-t-il.
Selon l’ONU, 1 million de Palestinien·nes fuyant les combats et les bombardements avaient trouvé refuge à Rafah, portant la population locale à 1,5 million de personnes.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire