De nouvelles personnalités françaises sont visées par le mouvement “Blockout 2024”

Georges Alexis

A partir du moment où tu acceptes un statut de personnage public (artiste, personnalité etc) tu acceptes aussi d’être sollicité quant à ton positionnement concernant un sujet ou un autre. Il ne s’agit pas de s’improviser expert en pilier de comptoir comme à cnews et d’avoir un avis sur tout, mais pour un sujet de la gravité de la Palestine, la moindre des choses est de prendre position, surtout quand la bonne position est aussi évidente.

Après le boycott des produits israéliens, le mouvement né au Etats-Unis appelle désormais à ignorer les personnalités publiques qui ne prennent pas assez position en faveur du peuple palestinien.
Article rédigé parfranceinfo
Radio France
Publié Mis à jour 

Temps de lecture : 3 min

Capture écran de la page instagram de Blockout2024_france. (INSTAGRAM BLOCKOUT2024)

« STOP THE GENOCIDE IN GAZA ». C’est le dernier message – en majuscules – posté sur le réseau social X par l’artiste français à la renommée internationale DJ Snake. Son tweet a été posté ce lundi 27 mai à 4h45 du matin, alors que des images atroces circulent sur les réseaux sociaux après le bombardement par Israël d’un centre pour personnes déplacées à Rafah qui a fait au moins 40 morts.

Comme le DJ, ces derniers jours, d’autres célébrités ont manifesté leur soutien à Gaza, notamment lors du festival de Cannes. Si l’actrice Leïla Bekhti a arboré un pin’s représentant une pastèque, symbole de la solidarité avec la Palestine, la mannequin Bella Hadid a, elle, porté une robe keffieh sur la Croisette et l’actrice Cate Blanchett s’est présentée sur le tapis rouge dans une robe signée Jean Paul Gaultier noire, blanche et verte, couleurs du drapeau palestinien…

Mais les personnalités qui s’expriment sur ce conflit restent peu nombreuses, et depuis quelque temps, elles sont même épinglées par un mouvement venu des Etats-Unis : « Blackout 2024 ».

Zidane, Thomas Pesquet, Florence Foresti…

Ce mouvement qui incite les internautes à ne plus suivre sur les réseaux sociaux les célébrités silencieuses sur le sort des Gazaouis a également débarqué en France. Sur les réseaux sociaux, #blockout2024 appelle ainsi à « bloquer les célébrités qui restent silencieuses face au génocide à Gaza ». Sur la page Instagram blackout2024_france, qui rassemble près de 45 000 abonnés, on peut lire que « le mouvement est une réponse internationale qui consiste à bloquer ceux qui choisissent de rester silencieux sur le génocide actuel à Gaza et tirent leurs revenus et leur popularité grâce aux réseaux sociaux »« En bloquant ces personnalités et leurs entreprises sur nos réseaux, on leur envoie un message fort : nous n’acceptons plus leur indifférence ! », peut-on lire.

Capture écran d'une story FAQ publiée sur la page Instagram du mouvement blockout2024_france. (INSTAGRAM BLOCKOUT 2024 FRANCE)

 

Ainsi, sur son compte Instagram, le mouvement avait recensé, en date du 27 mai, 264 personnalités ou entreprises à « bloquer ». Parmi elles, les humoristes Booder, Florence Foresti ou encore Eric Judor, l’ex-Miss France Iris Mittenaere, la chanteuse Zazie, l’astronaute Thomas Pesquet, les influenceurs Lena Situations et Tibo InShape, ou encore des sportifs comme Antoine Griezman, Kylian Mbappé et Zinédine Zidane.

« Blocage ciblé »

Pour savoir comment ces célébrités sont choisies pour être boycottées, le mouvement donne un peu plus de détails sur Instagram en précisant que « sont boycottées toutes les stars qui n’ont pas eu, depuis 225 jours, une parole : publique, concrète, en leur nom, assumée, répétée ». Il précise aussi que « se désabonner ou ne pas les suivre n’est pas suffisant » : « En les bloquant, on empêche aux algorithmes de nous proposer leurs contenus dans notre fil d’actualité. On réduit ainsi directement leur audience, et donc leurs revenus », avance-t-il.

« Pour être impactant ce blocage doit être ciblé », alerte par ailleurs le mouvement : « Bloquer Jamel Debbouze, qui, grâce aux vues de ses 2 millions de followers fait la promotion de son Zenith Tour, tout en restant muet sur la Palestine, là, ça a de l’impact », assurent les auteurs dont on ignore l’identité.

Récemment, l’influenceuse Oceane a répondu publiquement aux appels au boycott la concernant. Des internautes lui ont reproché une collaboration avec la marque Coca-Cola qu’ils qualifient d’« entreprise complice de génocide ». Des reproches auxquelles elle a répondu dans une vidéo au ton sarcastique : « Il y a un génocide en cours en Palestine, j’ai toujours été vocale (sic) là-dessus (…) Vous vous sentez démunis face à cette situation, moi aussi, mais si vous décidez de faire de moi la pire personne parce que j’ai bu du coca et que je porte des Nike, allez-y, boycottez-moi. Si ça peut sauver des enfants d’une bombe ou de l’assassinat de toute leur famille alors dans ce cas-là je vous encourage vivement à le faire ».

Si certaines célébrités internationales ont parfois vu fondre le nombre de leurs abonnés sur les réseaux sociaux, comme Kim Kardashian, Selena Gomez ou Beyoncé, selon France Inter qui s’est procuré des données de la plateforme Reech, cette colère numérique est plus discrète : 5 000 abonnés en moins pour l’humoriste Jamel Debouzze, 2 500 pour Cyril Hanouna ou 1 500 pour le vidéaste Squeezie. Le plus touché est Antoine Griezmann avec pas moins de 50 000 « followers » en moins en l’espace de quelques semaines.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire