Pour l’acte XVII des Gilets jaunes, les femmes ont mené le cortège parisien

Ajoutée le 9 mars 2019
Ce samedi 9 mars sur les Champs-Élysées, les femmes ont mené le cortège des Gilets jaunes.


Gilets jaunes : mobilisation tendue à Montpellier et festive à Perpignan

Début du rassemblement des gilets jaunes samedi 9 mars place de la Comédie à Montpellier / © Jean-Michel Escafre / France 3 Occitanie

Les gilets jaunes étaient dans la rue pour un 17e samedi de mobilisation. Environ 2 500 personnes ont pris part au cortège dans les rues de Montpellier où des incidents et dégradations ont eu lieu. À l’inverse, le rassemblement à Perpignan s’est tenu dans une ambiance bon enfant.

Par E.E / France 3 Occitanie

Dès 14h, les gilets jaunes se sont rassemblés place de la Comédie à Montpellier pour un 17e samedi de mobilisation.

À leur arrivée, une dizaine de policiers de la brigade anti-criminalité est déjà sur place. Une forte présence policière vécue par les manifestants comme une provocation.

C’est le début du jeu du chat et de la souris entre manifestants et forces de l’ordre. Le cortège se dirige vers la préfecture, le Corum, le quartier Antigone et à nouveau la Comédie.

Malgré la fin du débat national, le 15 mars, la motivation est intacte. Certains annoncent même retourner dans la rue samedi prochain.

Montpellier : 17e samedi de mobilisation des gilets jaunes dans une ambiance tendue
Les gilets jaunes étaient dans la rue pour un 17e samedi de mobilisation. Environ 2 500 personnes ont pris part au cortège dans les rues de Montpellier où des incidents et dégradations ont eu lieu.  – France 3 Occitanie – J.M Escafre et B. de Tugny

14 interpellations à Montpellier

En fin d’après-midi, les affrontements s’intensifient. La police fait état de dégradations entre Antigone et la Comédie : des feux de poubelles et des vitres d’arrêt de tramway brisées.
Au total, 14 personnes ont été interpellées pour participation à une manifestation non autorisée avec visage dissimulé en vue de commettre une infraction.

Police nationale 34
@PoliceNat34

[] Des dégradations entre Antigone et Comédie à .
Incendies de poubelles
Vitres brisée arrêt de tramway
Évitez le secteur, circulation des transports en commun perturbée

Tout comme la semaine dernière, le syndicat de police Alliance dénonce également des jets de projectiles et d’excréments sur les forces de l’ordre. Deux fonctionnaires de police ont été blessés au poignet et au bras.

Des airs de carnaval à Perpignan

Deux villes, deux ambiances. À Perpignan également, la mobilisation des gilets jaunes ne faiblit pas. Après avoir mené une opération péage gratuit en milieu de journée, 250 personnes ont ensuite battu le pavé du centre-ville dans une ambiance bon enfant. Certains étaient même déguisés.

Mais même sous des apparences festives quelques gilets jaunes restent cependant pessimistes sur l’issue du prochain grand débat national. « Le gouvernement a déjà dit mainte fois qu’il ne changerait pas de cap donc le grand débat n’accouchera de pas grand chose », souffle l’un d’entre eux.

Perpignan : mobilisation des gilets jaunes sous des airs de carnaval
À Perpignan, la mobilisation des gilets jaunes ne faiblit pas. 250 personnes ont battu le pavé du centre-ville dans une ambiance bon enfant.  – France 3 Pays Catalan – Alain Sabatier et Frédéric Savineau

« Gilets jaunes » : une mobilisation au plus bas, une semaine avant la fin du grand débat

Malgré ce reflux, les « gilets jaunes » espèrent une mobilisation d’envergure samedi prochain, à l’occasion de la fin du grand débat.

Des \"gilets jaunes\" défilent à Bordeaux, le 9 mars 2019.
Des « gilets jaunes » défilent à Bordeaux, le 9 mars 2019. (GEORGES GOBET / AFP)

Une mobilisation faible, des actions avortés, des revendications dispersées : les « gilets jaunes » ont connu un coup de mou, samedi 9 mars, pour le 17e samedi de mobilisation consécutif. La mobilisation a atteint un plus bas historique, avec 28 600 manifestants recensés en France par le ministère de l’Intérieur, dont 3 000 à Paris. C’est encore moins que le 29 décembre, lorsque l’acte 7 de la mobilisation, à la veille du réveillon, n’avait mobilisé que 32 000 manifestants.

A Paris, l’occupation programmée du Champ de mars pour tout le week-end a tourné court, les forces de l’ordre empêchant toute installation près de la tour Eiffel. La manifestation qui promettait de faire « converger toutes les mobilisations » dans les rues de la capitale a en outre provoqué une scission des manifestants.

Une forte mobilisation attendue samedi prochain

Un cortège emmené par des assistantes maternelles, vêtues de gilets roses, de femmes mobilisées contre les violences sexistes et arborant du violet, et de syndicats ont fait plusieurs kilomètres dans Paris sur un parcours autorisé, avant de se disperser vers 16 heures sans incident. Pendant ce temps, plusieurs centaines de « gilets jaunes » ont préféré rester massés en haut des Champs-Élysées. Un rassemblement sans incident majeur, mais qui a provoqué des tensions en fin de journée. Les forces de l’ordre ont fait usage de grenades lacrymogènes et de canons à eau.

Malgré ce reflux, les « gilets jaunes » promettent une mobilisation d’envergure samedi prochain, le 16 mars. Ce 18e samedi de mobilisation coïncidera en effet avec la fin du grand débat national organisé par l’exécutif, prévue le 15 mars. Avec le mot d’ordre « La France entière à Paris », ils espèrent à cette occasion envoyer un « ultimatum » au gouvernement.

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire