Manifester est une conquête des peuples, et non une faveur du pouvoir!

La police fait usage de la force avec les balles de défenses LBD, le 9 février 2019 à Paris, lors d'une manifestation des "gilets jaunes". (VALENTINE ZELER / HANS LUCAS / AFP)
Manifester est une liberté fondamentale. Parce que c’est une conquête des peuples, et non une faveur du pouvoir, elle doit s’exercer sans interdiction. Il faut un grain de folie autoritaire pour l’oublier et, comme Emmanuel Macron, prétendre rappeler à la « sagesse » une manifestante retraitée, blessée par les forces de l’ordre.

Le même ignore la mort d’une autre retraitée à Marseille, touchée par une grenade lacrymogène alors qu’elle était sur son balcon, en prétendant qu’aucun décès n’était dû à l’action des forces de l’ordre.

A ce déni de justice dénoncé par les victimes et leurs familles et de démocratie avec le projet de loi « anti casseur », s’ajoute la violence institutionnalisée par le gouvernement.

Comment interpréter la révocation du préfet de police de Paris au motif qu’il n’aurait pas suffisamment invité ses troupes à faire usage des « lanceurs de balles de défense » ? Des armes qui ont éborgné des concitoyen.ne.s et que le défenseur des droits, Jacques Toubon, recommande de ne plus utiliser.

Comment ne pas s’inquiéter face au choix du président de mobiliser l’armée pour dissuader les rassemblements et mobilisations ?

Les raisons de la colère sont nombreuses. Alors que les revendications de la rue mettent l’accent sur l’égalité, la démocratisation de nos institutions et la répartition des richesses, le gouvernement tente de faire diversion avec le « grand débat ».

Pendant ce temps, il refuse de rétablir l’impôt sur la fortune, d’annuler la baisse des APL ou d’en finir avec les exonérations de cotisations sociales qui gonflent les profits et assèchent nos hôpitaux.
Pire, il continue dans ses projets de casse sociale et veut, par exemple, privatiser les très rentables Aéroports de Paris. De nombreuses et nombreux habitantes et habitants de la Seine-Saint-Denis, dont Aubervilliers, y travaillent et la richesse qu’elles et ils produisent devrait être accaparée par des actionnaires privés au lieu d’alimenter le budget de l’Etat et nos services publics ?

Aujourd’hui, notre responsabilité à toutes et tous est de répondre présentes et présents pour opposer à cet exécutif le futur que nous désirons.

C’est pourquoi nous serons nombreuses et nombreux à manifester, à nouveau, le 1er mai prochain.

Je serai aux côtés des organisations syndicales, des militantes et militants associative•if•s, avec les parlementaires, les autres maires et les élu.e.s qui ne peuvent se résoudre à l’austérité et à la dégradation continue des services publics.

COMMENTAIRES:

1. Est-ce la poule qui fait l’œuf ou l’œuf qui fait la poule ? Qui est vraiment responsable de la violence

Mon avis c’est que les autorités ont une grande part de responsabilité dans le fait que ce niveau de violence ait été atteint et qu’il ait injuste d’en faire porter l’entière responsabilité sur ceux qui l’exerce. Je vous invite à vous documenter sur l’exercice inconsidéré et démesuré de la force par les autorités depuis notamment le mandat de François Hollande. Il y a eu, j’ai entendu dire, un changement de paradigme dans la gestion des manifestations qui a à mon avis crée une réaction contraire à ce qui était souhaité. Plutôt que de s’écraser, les manifestants se sont radicaliser. Quelques exemples :

* Le fait de faire des nasses et de gazer tous le monde sans distinction (voila un bon moyen pour les modérés de se radicaliser)

* Ne pas laisser de porte de sortie pour les modérés (et hop, une nouvelle couche)

* Arrestation par trop arbitraires (8700 gardes à vu de GJ pour 1800 condamnations ; Fallait-il en rajouter aux deux premières couches ?)

* L’usage inapproprié d’armes (p.ex., viser la tête avec un LBD)

* L’usage disproportionné de la force (p.ex., tirer sur une personne et dans une situation où il n’y a pas de menace)

Certain pourrait être tenté de trouver qu’il s’agit là de justifications sans fondement, mais cela ne semble pas être le cas du défenseur des droits, du conseil de l’europe, ni de l’ONU qui ont tous alerté vivement le gouvernement sur l’usage excessif de la force… pas des gilets jaunes en puissance ces personnes quand même, si ?

2. Interdire les manifestations dans un ou deux endroits chauds, aller, pourquoi pas, mais dans (si je ne dis pas de bêtises) une trentaine de lieux en France… franchement c’est carrément exagéré et, encore une fois, ça ne fait que monter la frustration. Le message qui est passé c’est « Taisez-vous, on en a assez. Les manifestations ça va deux mois et puis après stop ».

Bon au final ils auront réussit à me faire descendre également, pour la liberté d’expression et de manifester ^^

Pour compléter votre texte et répondre au troll qui utilise la novlangue pour se faire un pseudo (retourner un sens pour exprimer l’inverse):

« Il y a trois sortes de violence. La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés.

La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première.

La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres.

Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »

Dom Helder

Et j’aime beaucoup le titre et la nature du texte de Derkaoui Mériem, bravo

 »Manifester est une liberté fondamentale. Parce que c’est une conquête des peuples, et non une faveur du pouvoir, »

Encore un leurre de nos  »démocraties » qui mettent en avant ce  »droit » tant qu’elles ne sont pas remises en question !!!

La liberté fondamentale n’est pas de manifester pour des droits que nous devrions nous mêmes édicter, mais actuellement, une reconnaissance qu’il faut nous battre pour les conquérir (face à. un pouvoir qui la restreint et n’est pas issu d’une décision du plus grand nombre !!!)

En démocratie directe, foin n’est besoin de manifester, il suffit de porter les décisions à l’assentiment des populations et les mettre en œuvre  !!!!

Le peuple n’a pas vocation à  »conquérir » » il a vocation à décider par lui même !!!!

Et de droit, ses décisions s’imposent de facto !!!

L’intérêt du plus grand nombre prime sur l’intérêt du plus petit nombre ou individuel !!!!!

 

 

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire