Conférence de presse suite aux agissements et menaces de la mairie de Pertuis

Conférence de presse suite aux agissements et menaces de la mairie de Pertuis

 

Aujourd’hui, suite aux destructions et menaces proférées par la mairie, nous avons tenu une conférence de presse devant la mairie de Pertuis. Voici le texte qui a été lu devant les journalistes présents :

“Bonjour,
Pertuisiens, pertuisiennes, journalistes, nous vous remercions de votre présence.

Il y a quelques années, la commune de Pertuis a décidé d’étendre sa zone commerciale de 86 Hectares, en artificialisant des terres agricoles
extrêmement fertiles, nivelées et irriguées, et en détruisant les lieux de vies de 30 familles. Roger Pellenc, maire multi récidiviste à la réputation sulfureuse est l’instigateur de ce projet mortifère et il entend bien agrandir son activité industrielle en s’octroyant 30 hectares de la future zone.

Différents collectifs se sont unis pour y faire face et les derniers mois ont été jalonnés de mobilisations sur les terres menacées. L’année dernière nous y avons fait une culture de pommes de terre destinées aux réseaux de soutien alimentaire régionaux. Cette année, constatant que le projet n’est toujours pas abandonné, nous avons relancé une nouvelle
plantation de fèves et de blé sur des parcelles voisines.

A cette occasion, des maisons promises à la démolition ont été occupées et certaines personnes y habitent depuis le 24 novembre. Sur ces terres
menacées d’expropriation par l’EPF à grand coups d’argent public, nous avons commencé à esquisser des perspectives pour des mondes nouveaux
tous bien plus réjouissants que des séries de hangars industriels privés.

Dans ces maisons, face au profit de quelques-uns, nous opposons la solidarité, l’horizontalité et l’autonomie, là où Roger Pellenc fait régner la loi du plus fort.

Malgré l’urgence que nous avons à protéger notre environnement, malgré la détresse sociale qui nous entoure tous.tes, les gouvernants sont non
seulement incapables de sortir d’un modèle capitaliste destructeur mais pire, ils nous attaquent quand nous proposons un autre monde.

En effet, ce lundi la ZAP a été attaquée. Une pelleteuse envoyée par la, mairie escortée de six policiers municipaux a démoli le portail et la
clôture de la maison commune mais aussi la haie le long de la rue et la cabane d’accueil que nous avions construite ces derniers jours. Une personne a bien essayé de s’interposer entre la pelleteuse et le portail mais le conducteur de l’engin a menacé de l’écraser, puis la police a tenté de l’interpeler.

Alors, aujourd’hui, Roger, nous ramenons ici la preuve de l’exaction demardi matin, les restes de notre portail arraché par tes sbires complices et qu’ils ont oublié derrière eux quand ils fuyaient, honteux d’avoir été vus.

Nous le ramenons car nous n’en avons plus besoin. Car Roger, là ou tu voulais des hangars pour ton entreprise, nous construisons un monde qui n’a pas besoin de grilles.

Si nous sommes devant la mairie aujourd’hui, c’est aussi que nous dénonçons cette action, reflet des habitudes de Roger Pellenc. Le pouvoir qui s’exerce entre ces murs n’est pas celui d’un maire, mais
d’un roitelet aux méthodes mafieuses prêt à instrumentaliser la police pour servir ses intérêts personnels.

Il ne s’agissait pas d’une tentative d’expulsion mais d’une pure intimidation. La procédure concernant l’occupation étant en cours, cette destruction est un acte illégal perpétré par une mairie qui voudrait
tous les pouvoirs.

Nous ne nous laisserons pas attaquer et surtout nous défendrons avec détermination ces maisons que nous occupons.

Nous appelons toutes les personnes s’opposant à la destruction de ces maisons et des 86 ha de terres, demain au tribunal de Pertuis, où aura lieu à 14h, l’audience qui doit statuer sur l’expulsion de la ZAP.

Rejoignez nous pour lutter et défendre ces terres et construire un autre monde à la ZAP !”

https://www.facebook.com/103447961282750/videos/1610110086001606/?sfnsn=scwspmo&d=n&vh=e

Contact presse : lazapdepertuis@riseup.net – 06 05 72 07 98

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire