Omicron sélectionne les vaccinés

LR: Martin Blachier a été un des plus virulents propagandistes de Big Pharma et donc de la politique sanitaire agressive du gouvernement dictée par ce lobby;  avant de modérer son ton en révélant que  » Sur l’ensemble des hospitalisations en France en 2020, seules 2% ont concerné le Covid-19 comme l’a indiquée l’ATIH, une agence d’état ». Maintenant il confirme les prévisions de Christian Velot sur les dangers dans ce type de situation de recourir à la vaccination de masse en raison des risques de fabriquer des virus recombinants, point de vue confirmé par une étude danoise récente. Martin Blachier a obtenu un master en stratégie et management des industries de santé à l’Essec, puis cofonde une entreprise de statistiques médicales et de conseil « Public Health Expertise-PHE ». Bonjour les conflits d’intérêts ! Peut-il retourner sa veste ?

https://www.anti-k.org/2021/12/03/christian-velot-sur-cnews/

https://www.anti-k.org/2021/08/15/avec-christian-velot-du-criigen-contre-la-vaccination-de-masse-en-pandemie/

Peut être une image de 1 personne et texte


Gala le 14 12 2021

Martin Blachier, figure médiatique du milieu scientifique en cette période de crise, a de nouveau mis le feu aux poudres. Ce mardi 14 décembre, l’épidémiologiste affirme sur Twitter que le variant Omicron « sélectionne les vaccinés ».

Martin Blachier n’hésite jamais à s’emparer de son compte Twitter ou venir sur un plateau télé pour parler de la crise sanitaire. Il y a quelques jours, l’épidémiologiste français s’agaçait des mesures d’extension de la campagne de rappel. Puis c’est au tour des mesures prises dans les écoles d’être critiquées par le scientifique. Ce mardi 14 décembre, après avoir appelé à un retour à la « normale » dans les écoles, Martin Blachier a mis le feu aux poudres. Sur le réseau social, ce dernier a affirmé que le variant Omicron « sélectionne les vaccinés« . Invité sur CNews, ce mercredi 15 décembre, il a tenu à clarifier les données qu’il a partagées.

« Données danoises Omicron: 8% chez les triples vaccinés 5,5% chez les doubles vaccinés 1,2% chez les non-vaccinés, a écrit Martin Blachier. Omicron sélectionne les vaccinés car l’échappement vaccinal lui confère un avantage chez ces personnes. » Un tweet largement décrié en raison du flou laissé sur les différentes interprétations possibles de ces résultats. Le variant Omicron serait-il donc plus dangereux pour les vaccinés ? Sur Twitter, le journaliste Vincent Glad, parmi d’autres de ses confrères, a tenu à apporter un éclairage au tweet qu’il qualifie d' »ambigu » de Martin Blachier.

« Les non-vaccinés seraient 4 fois plus touchés que les personnes avec trois doses »

« Que veut dire le 8% chez les triples vaccinés ? Non pas que 8% des triples vaccinés soient contaminés, mais que parmi les triple doses qui ont malgré tout été contaminés, Omicron représente 8% des cas« , précise-t-il. Et de continuer son explication : « Chez les non-vaccinés, 1,2% des cas sont liés au variant Omicron. La différence s’explique par le fait qu’Omicron résiste mieux au vaccin et va ainsi prendre plus facilement des parts de marché dans une population vaccinée. » Enfin, il conclut : « Les premières études indiquent une efficacité du vaccin triple-doses d’environ 75% contre Omicron. Ce qui veut dire que les non-vaccinés seraient 4 fois plus touchés que les personnes avec trois doses. »

Martin Blachier s’explique

Invité sur CNews, ce 15 décembre, Martin Blachier a tenu à préciser ses propos. Sur les données dannoises qu’il a partagées, il a affirmé : « Ça veut dire que quand vous êtes atteint par le Covid, la probabilité que ce soit par le Omicron et non pas le Delta est plus importante quand vous êtes triple-vacciné. Ça ne veut pas dire que vous augmentez votre risque d’être contaminé si jamais vous êtes double ou triple-vacciné. Et la nuance est très importante. »


https://www.lexpress.fr/ le  14 12 2021

« … Un niveau inquiétant pour ce petit pays scandinave de 5,8 millions d’habitants, où 80% de la population a reçu une première dose de vaccin. Lundi toujours, un nouveau record a été franchi avec 7799 cas diagnostiqués, dont 966 d’Omicron. Dans une étude publiée ce début de semaine, les chercheurs du SSI révèlent que les cas liés à cette nouvelle souche doublaient tous les deux jours au Danemark, confortant les conclusions d’une autre étude, britannique cette fois, dévoilée quelques jours plus tôt.

« Ce taux de croissance très rapide est une source de préoccupation, il démontre un haut niveau de transmissibilité du variant Omicron, lié notamment au fait que deux doses de vaccin ne sont pas suffisantes pour protéger efficacement contre l’infection », souligne Jens Lundgren, professeur à l’Université de Copenhague, spécialiste des maladies infectieuses. Le pays nordique est l’un des mieux équipés en matière de séquençage – ce qui lui permet de détecter davantage de cas et plus rapidement, sans que cela signifie nécessairement que la contagion y soit plus forte qu’ailleurs.

Selon les données publiées par le Statens Serum Institut, 75% des personnes contaminées par le variant Omicron bénéficiaient d’un schéma vaccinal complet (deux doses). Bien que l’on ne connaisse pas encore précisément la fréquence des formes graves causées par ce nouveau variant, les autorités sanitaires craignent que sa forte transmissibilité ne sature, in fine, les hôpitaux.

Nouvelles mesures

Pour tenter de limiter la flambée des cas, le gouvernement danois a annoncé lundi une accélération de la campagne de rappel pour les plus de 40 ans, en réduisant à quatre mois et demi l’intervalle entre la deuxième et la troisième dose de vaccin. Pour l’heure, un Danois sur cinq l’a obtenue. « Les dernières données montrent une forte perte d’efficacité du vaccin à deux doses avec une chute à 35% d’efficacité résiduelle contre les infections. En revanche, la troisième dose restaure une protection élevée de 75% », indique Antoine Flahault, directeur de l’Institut de santé globale et professeur à la faculté de Médecine à Genève.  … »

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire