Grâce au soutien des pouvoirs publics, un nombre historiquement bas d’entreprises en faillite

Ces derniers mois, le nombre de faillites d’entreprises est près de deux fois moins élevé qu’avant la crise, du fait d’aides gouvernementales et de créanciers publics plus conciliants.

https://www.liberation.fr/

En avril 2020, le nombre de faillites d’entreprises avait connu un creux historique : seulement 1 500, soit trois fois moins que sa moyenne des mois précédents. Il s’élève le mois dernier à un peu plus de 2 000, mais reste très largement inférieur à ce qu’il était avant le début de la crise du Covid-19. En 2020, les faillites d’entreprise ont été 40 % moins nombreuses qu’en 2019. Lorsque la situation économique s’est normalisée, le «mur des faillites» que certains craignaient n’a ainsi pas eu lieu.

Les aides aux entreprises, que ce soit sous forme d’aides ou de prêts, ont permis à beaucoup d’entre elles de garder la tête hors de l’eau. Mais c’est en grande partie l’attitude des créanciers publics (notamment l’Urssaf) qui a changé la donne. Ceux-ci ne lancent pratiquement plus de procédure de recouvrement depuis le début de la crise sanitaire. Et de nombreux décrets, tel celui instaurant la possibilité d’étaler sa dette sociale sur dix ans, ont permis la survie de nombreuses autres entreprises. A l’inverse, il y a de plus en plus de procédures préventives de conciliation, qui permettent la plupart du temps aux entreprises de survivre.

Tout ceci se paie cependant en termes de financement de la protection sociale. Les créances impayées de l’Urssaf s’élèveraient en effet, selon Bercy, à environ 20 milliards d’euros. Un autre mur en perspective ?


Entreprises : ce « mur de faillites » qui inquiète

DATA. Depuis que la crise sanitaire a éclaté, le nombre de dépôts de bilan est historiquement bas en France, mais il pourrait rapidement grimper.

La fin du « quoi qu’il en coûte » pourrait se traduire par une forte hausse des défaillances d’entreprises.© FANATIC STUDIO / SCIENCE PHOTO L / FST / Science Photo Library via AFP
lepoint.fr
Par Isabelle Missiaen

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire