Une exploitation agricole sur 5 a disparu en France métropolitaine en dix ans

LR: Les paysans ont massivement choisi d’être des « exploitants agricoles » en se soumettant aux lois de la circulation du capital et de sa concentration. La FBSEA appelle ça « produire de la valeur ajoutée », comprendre qu’il faut chasser le travail humain au profit du travail mort. Mécanisation à outrance ultra subventionnée, agrochimie itou pour des débouchés tournés vers l’exportation et la grande distribution. Les paysans, comme les petits commerçants avant eux, ont voté massivement pour les politiciens qui les ont éradiqués. Les annonces concernant les progrès de l’agriculture bio ne sont qu’un leurre destiné à accompagner ce mouvement fondamental.

information fournie par BOURSORAMA AVEC MEDIA SERVICES10/12/2021
S’il y a moins d’exploitation agricole en France, la surface agricole est en revanche restée quasiment la même depuis 10 ans, selon le recensement agricole 2020.

La baisse du nombre d’exploitations agricole est continue depuis les années 1970. ( AFP / JOEL SAGET )

La France métropolitaine compte de moins en moins d’exploitations agricoles, mais elles sont de plus en plus grandes. Selon le recensement agricole* 2020 publié vendredi 10 décembre, l’Hexagone a perdu environ 100.000 exploitations agricoles en dix ans – soit une chute de 21% – et elle n’en compte plus que 389.000.

« Si la baisse du nombre d’exploitations est continue depuis les années 1970, la dynamique baissière est moins forte que lors de la précédente décennie : le recul a été de -2,3% par an entre 2010 et 2020, contre -3,0% par an entre 2000 et 2010 », relativise toutefois le ministère de l’Agriculture.

Le nombre d’exploitations dans les départements d’Outre-mer Mer se monte à 26.000. Leur surface moyenne est de 5 hectares. Au total la France compte donc 416.000 exploitations agricoles.

La surface agricole utile française s’est par ailleurs stabilisée, diminuant de 1% seulement en dix ans. Elle représente 26,7 millions d’hectares, soit près de 50% du territoire métropolitain (55 millions d’hectares).

En toute logique, ce recensement décennal montre que les exploitations se sont agrandies et font désormais 69 hectares en moyenne , soit 14 hectares de plus qu’en 2010 (+25%). « C’est une augmentation qui reste raisonnable. On est loin de la taille de certaines exploitations hors Europe, comme aux États-Unis où la taille moyenne est de 178 hectares », fait valoir le cabinet du ministre de l’Agriculture Julien Denormandie.

Plus de végétale, moins d’élevage

La photographie de la ferme France procurée par le recensement décennal montre une agriculture diversifiée avec des productions végétales désormais majoritaires. Actuellement, 52% des exploitations sont spécialisées en production végétale contre 45% dix ans plus tôt . Leur nombre a baissé moins fortement (-9%) que la moyenne (-21%) des exploitations.

En revanche, les exploitations spécialisées en élevage accusent une chute de 31% . La baisse est encore plus marquée (-41%) parmi les exploitations combinant plusieurs types d’élevages (lait et viande) ou parmi les fermes associant cultures et élevage (-41%).

Vieillissement de la population agricole

En 2020, 759.000 personnes occupent un emploi permanent dans les exploitations agricoles. C’est l’équivalent de 583.000 emplois temps plein, soit une baisse de 12% en 10 ans.

Actuellement, 58% des chefs d’exploitations et co-exploitants ont 50 ans ou plus, un chiffre en augmentation de 6 points depuis 2010.  » Cela montre un vieillissement certain de la population agricole et le besoin d’engager une politique volontariste encourageant le renouvellement des générations en agriculture », reconnaît le ministère. « Un défi majeur ».

Opération décennale européenne obligatoire, le recensement a pour objectif d’actualiser les données sur l’agriculture française et de mesurer son poids dans l’agriculture européenne. Il est mené par les services de la statistique et de la prospective du ministère.

* La collecte des informations s’est déroulée entre le 1er octobre 2020 et le 30 avril 2021. Une grande partie du recensement a été effectuée via internet. Les résultats présentés vendredi sont provisoires.


Note INSEE

23 10 2020

En 2019, en France, environ 400 000 personnes en emploi au sens du Bureau international du travail (BIT) sont, dans leur emploi principal, agriculteurs exploitants, soit 1,5 % de l’emploi total (figure 1). Parmi eux, 7 % effectuent des activités liées à l’exploitation de ressources naturelles, mais ne possèdent pas d’exploitation agricole ; ils sont entrepreneurs de travaux agricoles, exploitants forestiers, patrons pêcheurs ou aquaculteurs.

Dans un contexte de gains de productivité du travail agricole et d’augmentation de la taille des exploitations, en près de quarante ans, la proportion des agriculteurs exploitants a fortement diminué. En 1982, on comptait 1,6 million d’agriculteurs, soit 7,1 % de l’emploi total. Dans le même temps, le nombre d’ouvriers agricoles, rattachés au groupe social des ouvriers, a lui aussi baissé, mais dans une moindre mesure : de 310 000 en 1982 à 250 000 en 2019.


En 1982, on comptait 1,6 million d’agriculteurs, soit 7,1 % de l’emploi total. Dans le même temps, le nombre d’ouvriers agricoles, rattachés au groupe social des ouvriers, a lui aussi baissé, mais dans une moindre mesure : de 310 000 en 1982 à 250 000 en 2019.

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire