Macron-le-petit

Nouvel article sur Arguments pour la lutte sociale

Macron-le-petit.

Éditorial du 5 janvier 2021
par aplutsoc

La France est le 5° pays au monde le plus contaminé au Covid par rapport à sa population et le 2° en nombre de tests positifs après les États-Unis. En Europe, elle est l’épicentre et le foyer de diffusion du spectaculaire rebond épidémique actuel. Il s’agit maintenant de centaines de milliers de cas identifiés chaque jour, très au delà des veilles de confinements que nous avons connues, et surtout de centaines de morts par jour.

Cette situation est une gifle à Macron qui, bien entendu, n’a jamais eu la maîtrise du virus, mais qui prétendait le juguler en continuant l’asphyxie de l’hôpital public, en discriminant 6 millions d’habitants non vaccinés, majoritaires en « outre-mer », et maintenant en allégeant les règles qu’il avait lui-même édictées pour forcer les gens à travailler, et en maintenant une rentrée scolaire sans mesures supplémentaires – autres que l’interdiction faite au profs de boire leur café debout en salle des profs, authentique !!! -, rentrée qui n’a pas manqué d’amplifier le rebond épidémique. Le spectre d’un « collapsus sanitaire et économique » est bel et bien là.

Cela, alors que les grèves pour les salaires se poursuivent partout, conduisant les directions syndicales (CGT, FO, FSU, SUD) à appeler à une journée d’action le 27 janvier, et alors que la grève générale se poursuit en Guadeloupe, Martinique, Polynésie, et que les fonctionnaires territoriaux de Wallis et Futuna ont, par la grève, arraché de 50% à 75% d’augmentation ! Et cela, alors que les présidentielles approchent et que la majorité de la population annonce ne pas savoir pour qui voter ou ne pas compter voter.

Dans cette situation, la prétendue Assemblée nationale s’est réveillée : une majorité de godillots LREM étant couchée ou à la buvette, les députés présents (LR, RN, PS, PCF, LFI) ont refusé, au nom de la visibilité publique des débats, une séance de nuit ce lundi soir. Réaction hystérique du gouvernement, M. Attal dénonçant une « amicale d’irresponsables », excellente caractérisation de ses propres troupes à la vérité. Et, ce mardi, dans Le Parisien Libéré, M. Macron appelle à « emmerder les non-vaccinés ».

Soyons clairs : le problème n’est pas tant dans le choix scatologique des mots présidentiels, symptôme intéressant en soi, que dans la violence voulue de l’exécutif, qui a placé médecins et soignants en situation de choisir qui sauver, car, c’est cela la vérité, le tri des patients est là et bien là. On meurt en France faute de soin.

Ceci n’est pas la faute des non vaccinés, mais de la casse de la santé publique par les gouvernements successifs depuis longtemps, casse amplifiée sous Macron.

Macron, qui met à l’ordre du jour la violence contre une partie de la population. Surgissent des débats ahurissants sur, pour le dire clairement : ne pas soigner les non vaccinés. Aucun partisan rationnel de la vaccination – nous en sommes – ne peut cautionner ces horreurs. Aucun ne peut ne pas comprendre que cela ouvre la porte à toutes les sélections, à toutes les discriminations, à l’inhumanité officielle, piétinant droits humains et serment d’Hippocrate.

Macron en est là : c’est le pote à Benalla qui est revenu, en force, et peut-être bien en panique.

Alors, chasser Macron, délégitimer cette présidentielle, généraliser et centraliser les grèves : c’est tout un ! Voila la perspective cohérente. Voila ce que les petits coups d’État successifs d’Emmanuel Macron-le-petit, devenu sa propre caricature, est en train de produire.

En l’affrontant, en organisant la bataille pour le boycott des présidentielles, en appuyant et proposant la centralisation des grèves, c’est cela qui est porteur d’avenir, qui dé-constituera la V° République et constituera la démocratie de l’immense majorité !

Le 05-01-2022.

aplutsoc | 5 janvier 2022

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire