Climat : Les milliardaires, irrités par le suivi en ligne de leurs trajets aériens

TRANSPORTS De plus en plus de comptes sont créés sur les réseaux sociaux pour suivre les déplacements aériens des plus riches

20 Minutes avec AFP
 
De plus en plus de comptes sont créés sur les réseaux sociaux pour suivre les trajets des jets privés de célébrités et hommes d’affaires. — Brais Lorenzo / AFP

Chaque année des compagnies de fret aérien russes, des propriétaires d’avions saoudiens ou d’autres personnes demandent à Dan Streufert, fondateur du site américain de suivi de vol ADS-B Exchange, d’arrêter de publier leurs déplacements. Sans succès.

Des sources d’information publiques et légales

« Nous n’avons rien supprimé jusqu’à présent. Ce sont des informations publiques. Et je ne veux pas être l’arbitre qui décide qui a raison ou tort », explique M. Streufert. Certaines limites existent, mais les groupes qui reconstituent les trajectoires de vol soulignent que la source d’information principale est disponible légalement et accessible à tous ceux qui disposent de l’équipement nécessaire.

La loi américaine exige que les avions se trouvant dans certaines zones soient équipés du système par satellite ADS-B, qui envoie périodiquement la position de l’appareil par radio aux contrôleurs aériens. Un site comme Flightradar24 dispose de 34.000 récepteurs au sol à travers le monde pouvant capter ce type de signaux, des données envoyées vers un réseau central et croisées avec les horaires de vol et d’autres renseignements sur les avions.

5.000 dollars pour enterrer un compte Twitter

Réussir à identifier le propriétaire d’un avion est une autre paire de manches, selon Jack Sweeney, 19 ans, créateur du compte Twitter « Celebrity Jets », qui a déniché le jet privé d’Elon Musk après une demande d’information aux archives publiques du gouvernement américain. Le patron de Tesla lui a proposé 5.000 dollars pour enterrer le compte « ElonJet », plus de 480.000 abonnés, qui suit tous les mouvements de l’avion du multimilliardaire.

« Il suscite tellement d’intérêt, je fais quelque chose qui marche. Les gens aiment voir ce que les célébrités font, ça, et le truc autour des émissions », note M. Sweeney auprès de l’AFP, en référence à l’indignation vis-à-vis de l’empreinte carbone des avions. Publier ce type d’informations sur Twitter permet aux gens « d’y accéder plus facilement et de comprendre », ajoute-t-il.

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire