LE BOYCOTT GRANDIT ET LE MALAISE GAGNE LA MAJORITE

Jacques Chastaing

3 h 
48% des français pensent boycotter la coupe du monde de foot
73 % des personnes interrogées souhaitent que la FIFA utilise une partie de ses revenus pour donner des indemnisations financées aux ouvriers de la Coupe du monde 2022. C’est-à-dire que les personnes qui vont regarder les matchs soutiennent activement l’idée d’indemnisations des travailleurs immigrés

Le Mondial-2022 sera boudé à la télévision par près de la moitié des Français

Selon un sondage d’Amnesty International, 48 % des Français ne comptent pas regarder la prochaine Coupe du monde de football qui se déroulera au Qatar.

MUSTAFA ABUMUNES / AFP VIA GETTY IMAGES
Le stade Lusail accueillera la finale de la Coupe du monde de football en décembre, à la périphérie de Doha (Qatar).

FOOTBALL – Le Mondial hors-jeu. À l’approche de la Coupe du monde qui doit se dérouler en novembre au Qatar, l’ONG Amnesty International a publié, ce jeudi 15 septembre, une étude réalisée avec YouGov qui montre que près de la moitié des Français pense bouder la diffusion de l’événement.

Depuis plusieurs mois maintenant la Coupe du monde 2022 est fortement critiquée et ce, notamment pour son non-respect des droits humains des travailleurs et son impact sur l’environnement. Réalisée auprès de 17 000 adultes de 15 pays, l’étude d’Amnesty International, révèle que 48 % des Français bouderont la Coupe du monde 2022 à la télévision. Une proportion similaire aux autres pays qui ont été sondés.

48% des Français et Éric Cantona

Le journal le Quotidien de La Réunion a annoncé en première page, mardi 13 septembre, qu’il ne couvrira pas la compétition. « Sans nous »« Au nom de ses valeurs, Le Quotidien boycotte la Coupe du monde 2022 », a titré le journal.

Amnesty International n’appelle toutefois pas au boycott. Après avoir publié un documentaire montrant la triste réalité de la Coupe du monde de football, l’ONG a mis en ligne une pétition dans laquelle elle demande à la Fédération française de football (FFF) « d’agir concrètement pour le respect des droits des travailleuses et travailleurs migrants au Qatar. »

« La Fifa a encore le temps de faire ce qu’il faut », a commenté dans un communiqué Steve Cockburn, responsable du programme Justice sociale et économique chez Amnesty. « Les fans ne veulent pas d’une Coupe du monde entachée (…) par des violations des droits humains. »

Dans un communiqué transmis à l’AFP, la Fifa « prend note » de ce sondage et insiste sur « les mesures mises en place ces dernières années par (elle) et ses partenaires au Qatar pour protéger les ouvriers ».

Dans une interview à l’hebdomadaire français Le Point dévoilée mercredi soir (sa troisième interview formelle seulement depuis son accession au pouvoir en 2013), l’émir du Qatar s’est également exprimé sur ce sujet.

« Nous avons compris que nous avions un problème avec le travail sur les chantiers, et nous avons pris des mesures fortes en un temps record. Nous avons modifié la loi et nous punissons quiconque maltraite un employé ; nous avons ouvert nos portes aux ONG et nous coopérons avec elles. Nous en sommes fiers », clame cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani.

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire