Stop aux mégabassines, l’eau est un commun à défendre

Mégabassine à Mauzé-sur-le-Mignon (Deux-Sèvres), 2021.

Les mégabassines se multiplient, au grand dam des écologistes qui dénoncent l’accaparement d’un bien commun : l’eau. Les auteurs de cette tribune, élus et collectifs, s’insurgent contre ces cadeaux à l’agro-industrie.

150 associations et collectifs (Bassines non merci, Soulèvements de la Terre, la Confédération paysanne, la CGT, Attac…) appellent à une grande manifestation les 29 et 30 octobre à Sainte-Soline (79) pour stopper un énorme chantier de construction de mégabassine. L’action a été interdite par la préfecture mais des rassemblements, légaux, sont toujours prévus [1].


Les températures extrêmes de cet été et la sécheresse en cours ont mis en évidence l’impact du réchauffement climatique sur l’ensemble du territoire et la fragilité des milieux aquatiques. Annoncé depuis de nombreuses années dans les rapports successifs du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), ce dérèglement fragilise tous les écosystèmes et ne permet plus aujourd’hui aux nappes souterraines de se recharger selon les cycles que nous connaissions jusqu’alors.

Dans certains départements, comme les Deux-Sèvres ou la Vienne, des mégabassines, appelées officiellement « réserves de substitution », se multiplient avec la complicité de l’État. Elles sont remplies par pompage direct dans les nappes phréatiques en hiver, alors que celles-ci ne sont plus en mesure de se recharger normalement et que les seuils critiques sont dépassés chaque année.

En mars 2019, 19 bassines étaient en projet sur le bassin de la Sèvre niortaise et du Mignon (Deux-Sèvres), dont 7 en Zone Natura 2000. Une trentaine de bassines sont déjà en activité en Vendée, une quinzaine en Charente, une dizaine en Charente-Maritime, une dizaine en Vienne, une demi-douzaine dans les Deux-Sèvres. Désignées comme de « nouvelles ressources en eau », solution d’adaptation au changement climatique soulignée par les conclusions du Varenne de l’eau, en février 2022, ces réserves sont donc amenées à se généraliser sur l’ensemble du territoire, comme l’a martelé Julien Denormandie durant son mandat de précédent ministre de l’Agriculture.

Et elles sont colossales, ces réserves ! Pour donner un ordre de grandeur, rappelons que le volume de la mégabassine du Langon, en Vendée, est de 851 000 m3, soit l’équivalent de la consommation annuelle d’eau de 15 754 personnes ; celle de Sainte-Soline, dans les Deux-Sèvres, aurait au terme de son éventuelle construction un volume de 720 000 m3, soit l’équivalent de la consommation de 13 328 personnes par an [2].

Un modèle agricole déphasé des réalités écologiques

Ces réservoirs artificiels géants, privatisés, servent à alimenter un système agricole dominant lié à l’agro-industrie : irrigation de monocultures comme le maïs destinées à l’élevage industriel et à l’export, et ce, au mépris de la crise climatique en cours. Ces pratiques mettent en péril les écosystèmes qui dépendent directement des nappes phréatiques (comme tous les cours d’eau) et menacent, dans certains cas, jusqu’aux réserves en eau potable de la population.

Les avis de la communauté scientifique sont unanimes et condamnent largement ces procédés dévastateurs. Nous pouvons notamment citer Florence Habets, hydrogéologue, directrice de recherche au Centre national de recherche scientifique (CNRS) et renvoyer au collectif d’habitants Bassines non merci pour de nombreuses références sourcées.

Vue de la Loire asséchée, vers Tours, en août 2022. Yoan Jager / Divergence Images

Soutenu par l’État et financé en majeure partie par des fonds publics à hauteur de 70 % [3], le modèle d’accaparement des mégabassines est amené à se généraliser sur tout le territoire français et des pressions sont déjà à l’œuvre afin d’outrepasser les instances censées arbitrer leur implantation – comme en Ardèche ou sur les bassins Loire-Bretagne et Seine-Normandie. En Haute-Savoie, des chantiers de bassines sont également en cours, comme à La Clusaz, afin de permettre la fabrication de neige artificielle pour le ski. Là encore, les intérêts privés d’une minorité, liés à des pratiques déconnectées de la réalité climatique, accaparent l’eau dans un but lucratif avec un impact majeur sur l’environnement et la population. En Touraine, les débits d’étiage des cours d’eau ont été extrêmement bas cette année, avec de nombreux assecs aux conséquences catastrophiques pour la faune sauvage.

Lire aussi : « Guerre de l’eau » : la carte des bassines contestées en France

Le gouvernement actuel – pieds et poings liés avec l’agro-industrie et la FNSEA [le syndicat majoritaire] – ne répond pas à l’urgence climatique en cours, malgré tous les effets d’annonce sur une éventuelle « planification écologique ». Dans ce contexte, il nous semble vital que la population s’empare du sujet de l’eau, de sa juste répartition, des besoins des milieux naturels, et mesure les risques d’accaparement de ce bien commun par une minorité.

Nous, organisations d’Indre-et-Loire, appelons donc la population et les hommes et femmes politiques locaux à s’emparer de ce sujet, et à prendre clairement position pour un moratoire afin de stopper l’accaparement de l’eau pour des intérêts privés, au national et au-delà de toute frontière.

Nous affirmons, enfin, haut et fort notre soutien à la lutte en cours dans les Deux-Sèvres contre la construction de la deuxième plus grande mégabassine de France, à Sainte-Soline, dont le chantier commencera dans les semaines à venir, et nous nous opposons à la multiplication des mégabassines sur tout le territoire.


Signataires :

  • Alternatiba Touraine
  • Amap Consoude de Sepmes
  • l’Antivol
  • ANV COP21 37
  • Attac 37
  • Benoît Biteau (député européen EELV)
  • Confédération paysanne 37
  • Convergence Services publics 37
  • la Coopérative paysanne de Belêtre
  • Demain le Grand Soir
  • Emmanuel Denis (maire de Tours)
  • Eau Touraine
  • Extinction Rébellion Tours
  • EELV 37
  • Charles Fournier (député d’Indre-et-Loire)
  • Claude Gruffat (député européen EELV)
  • Gilets jaunes 37
  • Greenpeace Tours
  • Betsabée Haas (adjointe à la Ville de Tours, déléguée à la biodiversité, à la nature en ville, à la gestion des risques et à la condition animale)
  • InPACT37
  • LFI Saint-Pierre-Des-Corps
  • LFI Tours
  • NPA37
  • Peuples solidaires
  • Marie Quinton (adjointe à la ville de Tours, déléguée au logement, à la politique de la ville et à la lutte contre l’exclusion)
  • la Rabouilleuse École de Loire
  • Savonnière en transition
  • Christopher Sébaoun (conseiller à la Ville de Tours, délégué à la Loire et au Cher, à la préservation du patrimoine fluvial et des ressources aquifères)
  • Solidaire 37
  • Sortir du nucléaire Touraine
  • l’UCL37, l’Université populaire de Tours
  • Vivre ensemble solidaires en métropole tourangelle (VESEMT)
  • Youth for Climate Tours

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d’une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire