Troubles au Pérou : le bilan monte à 18 morts, 5 000 touristes bloqués à Cuzco

Le Parlement péruvien a repoussé vendredi le projet de loi visant à avancer d’avril 2026 à décembre 2023 les élections générales, proposé par la nouvelle présidente pour tenter d’enrayer la contestation.
Article rédigé par

France Télévisions
Publié 

Le Pérou continue de s’embraser. Le dernier bilan du mouvement de contestation et de sa répression s’élève à 18 morts, dont plusieurs tués par la police et l’armée, a annoncé, vendredi 16 décembre, la ministre de la Santé, Rosa Gutierrez. Les manifestations ont débuté dans le pays le 7 décembre, après que le président déchu, Pedro Castillo, a été destitué par le Parlement qu’il avait tenté, en vain, de dissoudre. « 

Je regrette les événements tragiques qui ont coûté la vie à plusieurs compatriotes dans diverses régions du pays, il faut que cela cesse », a réagi, vendredi, la nouvelle présidente, Dina Boluarte, lors d’une cérémonie à l’école militaire de Lima. Les manifestants demandent la dissolution du Congrès, la libération de l’ancien président, la démission de Dina Boluarte et la tenue d’élections générales immédiates.

Le Parlement péruvien a repoussé vendredi  le projet de loi visant à avancer d’avril 2026 à décembre 2023 les élections générales. La proposition n’a recueilli que 49 voix, 33 députés ont voté contre et 25 se sont abstenus. La nouvelle présidente avait annoncé vouloir avancer les élections pour tenter d’enrayer la contestation.

Les touristes « ont peur que la situation s’aggrave » 

Le gouvernement a beau avoir décrété l’état d’urgence sur tout le territoire, mercredi, les manifestations se poursuivent. Dans le sud du pays, des routes sont bloquées et cinq aéroports restent fermés.

Par ailleurs, quelque 5 000 touristes sont bloqués dans la ville de Cuzco, a déclaré à l’AFP Darwin Baca, maire du district voisin de Machu Picchu. Dans son propre district, environ 200 touristes, principalement des Nord-Américains et des Européens, ont dû quitter la zone à pied, longeant la voie de chemin de fer pour rejoindre la ville d’Ollantaytambo, à 30 km, où les attendent des bus. « Ce qu’ils craignent, c’est d’arriver à Cuzco et de ne pas pouvoir rentrer dans leur pays, car ils ont peur que la situation s’aggrave », a précisé le maire.

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire