Choléra dans l’océan Indien, tentative de submerger les Kanaks dans l’océan Pacifique : l’impérialisme français sème misère et panique.

aplutsoc

15 Mai

featured image

Macron vient de convoquer le « conseil de défense » et de proclamer l’ « état d’urgence » en Kanaky (Nouvelle-Calédonie). Il déplore la mort d’un gendarme français – trois manifestants ont aussi été tués. Les émeutes ont été déclenchées par le processus de révision des accords dit de Matignon (1988), repris par ceux de Nouméa, ouvrant la voie au vote des personnes installées en Nouvelle-Calédonie ces dernières années. Cette rupture est la suite logique du choix d’avoir imposé un dernier référendum en plein Covid, majoritairement boycotté à l’appel des indépendantistes.

Ce serait une erreur totale, du point de vue de la démocratie, de croire que la question est celle du droit de vote pour tous. La question est qu’il existe une nation kanake, plurielle, constituée par son combat contre le colonialisme français et issue des populations dites autochtones de l’île. Et où il apparaît que la stratégie soi-disant démocratique de « droit de vote pour tous » est une stratégie de submersion de cette nationalité.

A l’heure où sont écrites ces lignes, Macron s’oriente vers le choix de la force, tout en hésitant sur le report ou non du Congrès parlementaire qui opérerait la révision constitutionnelle pour entériner ce coup de force contre la Kanaky.

Au même moment, le choléra affecte la population mahoraise de Mayotte. Cela parce que les proclamations sur le caractère « français » de Mayotte et l’identité « française » des Mahorais, en fait traités comme une sous-caste (projet d’atteinte au droit du sol !), ce qui constitue une menace pour les droits démocratiques citoyens de toutes et de tous, ne changent rien à la réalité néocoloniale où services publics, santé et adduction d’eau sont dans un état plus que catastrophique.

Kanaky, Mayotte : la crise de l’impérialisme français et la crise de la V° République macronienne sont liées.

Le 15-05-2024.

Document : communiqué du CCAT kanak du 15 mai 2024

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire