Massacre à Rafah : à quand les sanctions ?

Mediapart

L’ÉDITO
Massacre à Rafah : à quand les sanctions ?
Par Fabien Escalona

Emmanuel Macron est « indigné ». Josep Borrell, le chef de la diplomatie européenne, s’est dit « horrifié ». Les images du camp de déplacé·es bombardé par l’armée israélienne, ce lundi 27 mai à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, ont effectivement de quoi soulever le cœur. Sur le lieu de l’attaque, dévasté par les flammes, au moins une quarantaine de personnes sont mortes, dont de nombreux enfants aux corps déchiquetés.

Des responsables politiques européens et français, on attendrait toutefois autre chose que le témoignage de leur affliction. Pour être juste, Borrell a tout de même évoqué « un dilemme » sur la façon de contraindre Israël à respecter les récentes décisions de la Cour internationale de justice. Le 24 mai, la plus haute juridiction de l’ONU a en effet ordonné au gouvernement de Benyamin Nétanyahou d’« arrêter immédiatement son offensive militaire ».

Une piste est pourtant évidente, même si elle est loin d’être partagée parmi les dirigeants de l’UE : la mise en place de sanctions. Les États membres ont su en voter à l’encontre de Vladimir Poutine, coupable de violation du droit international et du droit de la guerre en Ukraine. De telles décisions, d’ordre purement politique dans la mesure où aucune procédure judiciaire n’est allée à son terme contre le président russe, mériteraient d’être pareillement prises contre le gouvernement israélien.

À ce jour, les seules sanctions adoptées par Paris concernent une poignée de « colons violents » de Cisjordanie. Comme le défendent toutes les nuances de la gauche depuis plusieurs semaines, des mesures plus sévères, davantage à la hauteur des crimes commis et documentés, sont indispensables pour dépasser le stade des incantations, et prouver au reste du monde que les gouvernements européens – du moins certains d’entre eux – n’ont pas de principes à géométrie variable.

Certes, le véritable levier pour tordre le bras de Nétanyahou est à Washington, à travers l’arrêt de livraisons d’équipements militaires à l’État hébreu. Mais les pays européens, dont la France, pourraient eux aussi décider d’un strict embargo sur toute arme ou composant militaire. Le gel d’avoirs financiers, de relations culturelles et commerciales, et une bataille pour suspendre l’accord d’association entre l’UE et Israël, sont d’autres actions possibles.

La France pourrait aussi emboîter le pas de l’Espagne, de l’Irlande et de la Norvège dans la reconnaissance de l’État palestinien. Ses dirigeants s’y sont jusque-là refusés, se voulant prudents là où ils n’apparaissent que velléitaires. Au sein même du camp présidentiel, l’ancien ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et le numéro deux de la liste macroniste aux européennes, Bernard Guetta, ont mis les pieds dans le plat. Ces figures ont compris que ce geste symbolique était devenu indispensable à la crédibilité de la diplomatie française.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire