Dossier Merlin: La presse « empressée » telle qu’on l’aime….

LR: Bien entendu, comme ils le disent dans les médias, en citant l’article 11 de la déclaration universelle des droits de l’homme, « Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées ».

Sauf que cet argument, certes fondamental est surtout exploité à satiété par les puissants bien en cour, parfois jusqu’à la prescription. Pour le dire clairement: Nous n’avons pas du tout confiance en la justice de notre pays, c’est une justice de classe essentiellement au service de l’ordre dominant contre tous les non-conformistes.

Il suffit de voir comment cette  « affaire » débute  « tambour battant » pour émettre, d’ore et déjà, de sérieux doutes quant à la neutralité de ceux qui l’instrumentalisent.

Dispositif policier important dès 6 heures du matin, avec plus de 15 agents, cagoulés, casqués, boucliers ( pour défoncer des portes), gilets pare-balles,  fusils d’assaut façon commando, énervés comme s’ils étaient face à des terroristes en Irak,  sans éviter les aspects grotesques, voire guignolesques de ces mises en scène … 

Quand Merlin aurait répondu , comme d’habitude à toute convocation ordinaire ! 

 Ensuite une garde à vue de 36 h quand tout avait été dit en 30 minutes, concernant des faits anciens ne nécessitant pas de telles investigations dans l’urgence, avec perquisitions tous azimuts, exécutées par des policiers en conflits ouverts ouverts et publics avec Merlin. Une pensée pour ces gendarmes levés inutilement à 5 h du matin pour satisfaire les caprices de leur hiérarchie.

Nous suivrons cette affaire, très attentivement, sans préjuger de rien; mais en attendant, nous maintenons notre soutien et notre amitié à notre camarade Merlin.

La justice, en mode mascarade, telle qu’on l’aime …


Pour mémoire le dossier Darmanin, deux poids deux mesures :

Darmanin accusé de viol par deux femmes a certes été blanchi par la justice – mais pas par le tribunal d’honneur des hommes qui interdit d’exploiter la faiblesse d’une femme afin d’obtenir des faveurs sexuelles – eet n’a pas du tout eu à subir ce type de traitement. 

https://youtu.be/Cvb5dWJSICI?feature=shared


Valentin Doyen
Un important dispositif de gendarmerie a été déployé dans plusieurs endroits de la ville.

Un important dispositif de gendarmerie a été déployé dans plusieurs endroits de la ville. – Témoin BFM DICI

Le militant a été placé ce mercredi 13 décembre en garde à vue. Un très gros dispositif de gendarmerie a été déployé à Forcalquier.

Le militant Merlin Longuet, leader du Café des libertés, a été interpellé ce mercredi 13 décembre peu après 6 heures du matin à Forcalquier, a appris BFM DICI. L’homme a été placé en garde à vue.

Un important dispositif de gendarmerie a été déployé dans plusieurs endroits de la ville où l’intéressé pouvait se trouver. Il a finalement été localisé dans une habitation de la rue des Giloux.


BFM: FORCALQUIER: MERLIN LONGUET, LEADER DU CAFÉ DES LIBERTÉS, JUGÉ EN JANVIER POUR DES SOUPÇONS DE VIOLENCES CONJUGALES

Valentin Doyen avec Martin Regley

Interpellé mercredi, Merlin Longuet, leader du Café des libertés, va être jugé le 25 janvier prochain pour des soupçons de violences conjugales. Ce jeudi, Me Orta, l’avocate de son ex compagne s’est confié auprès de BFM DICI.

Au lendemain de l’interpellation de Merlin Longuet, leader du Café des libertés, accusé de violences conjugales sur son ex-compagne, le militant a été placé sous contrôle judiciaire après avoir été présenté devant le procureur de Digne-les-Bains ce jeudi 14 décembre, a appris BFM DICI.

« Je vous confirme l’interpellation de Merlin Longuet ce matin dans le cadre d’une affaire privée qui n’a rien à voir avec le Café des libertés ou le parc photovoltaïque de Cruis », indiquait mercredi 13 décembre à BFM DICI Rémy Avon, procureur de la République de Digne-les-Bains.


https://www.bfmtv.com/bfm-dici/replay-emissions/bonjour-dici/forcalquier-l-ex-compagne-de-merlin-longuet-prise-a-partie-sur-les-reseaux-sociaux_VN-202312150334.html

« Elle subit des pressions sur les réseaux sociaux »

De son côté, l’avocate de l’ex compagne du militant, Me Emmanuelle Orta, a donné sa première interview à BFM DICI ce jeudi et a indiqué que sa cliente est « très inquiète »

« Ce sont des violences habituelles très graves depuis de nombreux mois qu’elle dénonce et alors qu’elle était dans un état de santé faible, ce qui constitue une circonstance aggravante », a-t-elle martelé.

Selon la défense, l’ex compagne de Merlin Longuet, « subit, depuis le placement en garde à vue de son ex-conjoint, des pressions ».

Et d’ajouter: « Il est public et politique et il est soutenu par des personnes. Nous craignons que les soutiens de monsieur Longuet s’en prennent à elle. Ça a déjà commencé sur les réseaux sociaux. » L’avocate a indiqué qu’elle souhaitait que sa cliente bénéficie d’une protection.


L’avocate craint la notoriété du militant

La crainte de Me Orta porte sur la notoriété du militant. Si elle affirme être attachée à la présomption d’innocence de ce dernier, elle réclame l’impartialité des juges dans le dossier.

« C’est parfois délicat pour la justice de se positionner sur des personnes qui sont connues. Mais nous parlons de faits qui se sont passés dans un cadre intra-familial et qui ne sont pas à négliger lorsque l’on sait les difficultés pour les femmes victimes de violences à faire reconnaître, et leur souffrance, et leur caractère de victime », précise-t-elle à BFM DICI.

Aujourd’hui, elle ne vit plus dans les Alpes-de-Haute-Provence. Mais son avocate n’est pas pour autant rassurée. « La fonction publique de Merlin Longuet fait qu’il a, dans toute la France, des contacts. Nous ne souhaitons pas que ces contacts soient utilisés pour venir impressionner ma cliente », martèle Emmanuelle Orta.

Selon elle, « le dossier est étayé » et les déclarations de sa cliente sont « concordantes et précises ».

Merlin Longuet va être jugé au tribunal correctionnel de Digne-les-Bains le 25 janvier 2024.

Valentin Doyen avec Martin Regley

Justice : Merlin Longuet poursuivi pour des faits présumés de violences aggravées

Faits divers. Le leader du « café des libertés » a nié les faits.

Justice : Merlin Longuet poursuivi pour des faits présumés de violences aggravées
Merlin Longuet – HPi / Archives

Manifestement Merlin Longuet, 26 ans, a nié les faits en argumentant un « jeu amoureux » consenti, selon lui, par sa concubine, 46 ans.

Défendu par maître Olivier Amsaleg du barreau des Alpes-de-Haute-Provence, il a été déféré le 14 décembre 2023 à 16 heures à la demande de Rémy Avon, procureur de la République dignois, dans le cadre d’une convocation par procès-verbal assortie d’un contrôle judiciaire qui lui a été notifié par le juge des libertés et de la détention.

Celui que l’on surnomme « Le Robin des bois de Forcalquier » comparaîtra le 25 janvier 2024 à 9 heures devant le tribunal correctionnel dignois.

FR (CLP)

Merlin Longuet, leader du Café des libertés de Forcalquier, sera jugé en janvier pour violences conjugales

Par J.-C.M.

Publié il y a 2 heures – Mis à jour il y a 1 heure

Merlin Longuet, 26 ans, a nié les faits en argumentant un "jeu amoureux".

Merlin Longuet, 26 ans, a nié les faits en argumentant un « jeu amoureux ».

Photo Thomas Delsol

Forcalquier

Le leader du Café des libertés Merlin Longuet, interpellé à Forcalquier ce mercredi 13 décembre, est poursuivi pour des faits présumés de violences sur son ex-compagne. L’audience est fixée au 25 janvier, à Digne-les-Bains.

Habitué des prétoires, il se retrouvera cette fois dans une situation, pour lui, inédite. Merlin Longuet, chef de file du mouvement du Café des libertés, comparaîtra le 25 janvier à la barre du tribunal judiciaire de Digne-les-Bains, poursuivi pour des faits présumés de violences conjugales.

Le Forcalquiéren a déjà plusieurs fois été poursuivi par l’autorité judiciaire, mais pour des faits relatifs à son militantisme au sein du Café des libertés. Il s’agit dorénavant de faits d’ordre privé.

Placé sous contrôle judiciaire

Mercredi 13 décembre, vers 6 h du matin, l’activiste a été interpellé à Forcalquier puis placé en garde à vue. Une ancienne compagne, rencontrée dans le milieu du militantisme, avait déposé plainte auprès de la gendarmerie locale pour plusieurs épisodes de violences.

Hier, défendu par maître Olivier Amsaleg du barreau des Alpes-de-Haute-Provence, Merlin Longuet a été déféré à la demande de Rémy Avon, procureur de la République dignois, dans le cadre d’une convocation par procès-verbal, assorti d’un contrôle judiciaire qui lui a été notifié par le juge des libertés et de la détention.

Manifestement Merlin Longuet, 26 ans, a nié les faits en argumentant un « jeu amoureux » consenti, selon lui, par sa concubine d’alors, âgé de 46 ans.

Du côté de la plaignante, Me Emmanuelle Orta, également du barreau des Alpes-de- Haute-Provence, explique que sa cliente dénonce des « violences conjugales habituelles, qui ont duré plusieurs mois« .

« Notamment au cours d’une période où, souffrant d’une maladie grave, elle était en situation de vulnérabilité« , précise l’avocate. « Son ex-compagne, qui n’habite plus dans le département, décrit une situation d’emprise« , poursuit Me Orta.

Ce sera à la justice des Alpes-de- Haute-Provence de trancher entre ces deux versions contradictoires.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire